Page:Pradez - La Revanche du Passé, 1900.djvu/93

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


grand soleil blanc fit irruption dans sa chambre, et elle resta un moment fascinée par la lumière, puis elle se dirigea vers la porte. En sortant précipitamment, elle alla se heurter à une forme noire, immobile, qui guettait derrière la porte fermée.

La mère s’empara aussitôt de la longue silhouette juvénile, elle l’enlaça de ses deux bras, l’emprisonna.

— Élisabeth, mon enfant, ma chérie !

Quelque chose de brûlant, une sensation de honte, presque d’horreur, courut dans les veines au sang pauvre d’Élisabeth.

Une soudaine répulsion pour le mensonge que les avances caressantes de sa mère exigeaient d’elle la prit d’assaut, sans lui laisser le temps de se reconnaître.

Elle se raidit instinctivement entre les bras tendus, enveloppants, résista, recula.

Mme Georges, effrayée, l’attira de force contre son cœur, et elle murmura.

— Oh ! non… non !

Elle s’était crue prête à toutes les éventua-