Page:Procès-verbal de la Commission Municipale du Vieux Paris, 1898, 6.djvu/10

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


M. Cain confirme l’observation de M. Lamouroux et dit qu’il est très regrettable que le musée Carnavalet n’ait pu obtenir, malgré ses instances réitérées, le plan en relief de la place de Grève, en 1830, qui est au musée des Invalides.

M. Gosselin-Lenôtre estime qu’une copie pourrait au moins en être prise.

M. Alfred Lamouroux résume la proposition de M. Lucas tendant à faire attribuer à la Ville de Paris tout ou partie des modèles de l’Exposition de 1900.

Cette proposition est adoptée à l’unanimité.

Le même membre soumet à la Commission un vœu pour fixer le principe de la réunion de tous les modèles appartenant à la Ville de Paris dans un même local dépendant du musée Carnavalet.

Ce vœu est adopté.

M. le Président communique à la Commission deux rapports adressés par M. Charles Duprez, architecte de la 5e section, relatifs à la découverte d’anciennes constructions mises à jour par suite de l’édification des nouveaux bâtiments de l’École de médecine :


« PREMIER RAPPORT DE L’ARCHITECTE DE LA 5e SECTION.


« École de médecine. — Anciennes constructions mises à jour.

« Les fouilles qui se font en ce moment pour l’édification des nouveaux bâtiments de l’École de médecine, à l’angle de la rue de l’École-de-Médecine et de la rue Hautefeuille, ont mis à découvert, en contre-bas du sol des caves, le commencement d’une ancienne construction de forme circulaire en plan et paraissant avoir été voûtée d’une façon plus ou moins régulière. Dans l’état actuel, il n’est pas encore possible de reconnaître quelle pouvait être la destination de cette construction, beaucoup plus grande qu’un puits ou un puisard ordinaire. La fouille continuant pour trouver le bon sol devant recevoir les fondations des nouveaux bâtiments, on constatera peut-être quelque particularité ayant plus ou moins d’intérêt. On va, d’ailleurs, arriver au niveau de la Seine, et il est probable que l’on n’aura pas à descendre beaucoup plus bas.

« Quoi qu’il en soit, il est certain que la vieille construction dont il s’agit est très antérieure à l’ancien collège des Prémontrés, dont la chapelle reconstruite en 1618 a dernièrement été démolie, et que l’on se trouve dans un îlot très anciennement bâti entre l’ancienne rue des Cordeliers, jadis chemin gallo-romain, la rue Hautefeuille ou de la Vieille-Plâtrière, la rue des Étuves supprimée depuis deux cents ou deux cent cinquante ans et où se trouvait un établissement de bains jouissant, paraît-il, d’une antique et bien mauvaise réputation, acheté en 1252 par les Prémontrés pour leur collège.

« Peut-être trouve-t-on une substruction de l’ancien château de Hautefeuille bâti par les « Sarrazins », origine qu’un vieil auteur au surplus déclare suspecte, « les Sarrazins n’étant jamais venus à Paris». Il est probable qu’il a raison ; des savants très érudits ont élaboré là-dessus de longues dissertations.

« Ce fut en tout cas, dit-on, l’emplacement de la maison de Pierre Sarrazin, vendue en 1252, moyennant une rente foncière de douze sous parisis.

«Tout porte à croire qu’il n’y a aucune importance à attacher aux vestiges en question ; néanmoins, il se pourrait, en raison de leur ancienneté, que le Service historique y trouvât matière à quelques investigations. La continuation des fondations des nouveaux bâtiments va tout faire disparaître très incessamment, il n’y aurait donc pas de temps à perdre.

« Paris, le 16 juin 1898.
« L’Architecte de la 5e section,
« Signé : Charles Duprez. »


« DEUXIÈME RAPPORT DE L’ARCHITECTE DE LA 5me SECTION.


École de médecine. — Anciennes constructions.

« Pour compléter son rapport du 16 juin et répondre à la note de M. le Directeur du même jour, le soussigné a l’honneur d’adresser ci-joint deux croquis des anciennes constructions mises à jour par les fouilles pour les nouveaux bâtiments de l’École de médecine, au coin de la rue de l’École-de-Médecine et de la rue Hautefeuille.

« Il s’agit d’une sorte de grand puisard qui atteint presque six mètres de diamètre à sa partie supérieure et qui, lorsqu’il était complet, avait plus de six mètres de profondeur