Page:Procès verbaux des séances de la Société littéraire et scientifique de Castres, Année 2, 1858.djvu/42

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 42 —

gamment en vers et en prose, mais doué de la facilité nécessaire pour traduire les principaux auteurs romains, en même temps qu’Alfieri, dont il se montrait, comme M. Cavaille son maître, le grand admirateur, mais en obtenant le diplôme de membre de l’Athénée d’émulation, ce qui exigeait deux pièces de vers présentées au jugement de cette société littéraire, dans un temps où elle jouissait, même en dehors de l’école, d’un crédit considérable, mais possédant une science musicale telle que nous l’avons tous entendu jouer sur la flûte les concertos les plus difficiles de Devienne, et tenir sa partie dans les exécutions philharmoniques, avec une solidité de talent à toute épreuve.

Avec ou pour mieux dire malgré ces agréments, il rapporta de Sorèze une éducation professionnelle comme il la fallait pour diriger, à peine majeur, une maison de commerce. Cette maison venait d’éprouver de terribles vicissitudes. Magloire Nayral, associé avec son frère, était destiné à la relever, et à s’en faire une source de fortune ; par là il devait conquérir le moyen d’accomplir un de ces actes commerciaux que les constitutions politiques et les codes modernes ont toujours placé au premier rang des actes les plus honorables de la carrière industrielle.

Magloire Nayral, négociant depuis 1810 jusqu’en 1830, ne renonça pas à la littérature. Il en fit son occupation secondaire, mais jamais interrompue. Dans ces moments de loisir que d’autres hommes de sa profession employaient à des plaisirs de société ou à des distractions coûteuses, il recourait à ses auteurs classiques, il passait avec eux les plus beaux moments de sa jeunesse. Toutefois à cette époque, il forma une de ces liaisons qui influent puissamment sur la direction d’une carrière, il connut Daubian, versificateur en langue vulgaire ; c’était son voisin de résidence ; il le fréquenta quelque temps, et il apprit de lui ou des autres membres de sa famille, une infinité de particularités sur l’histoire locale ; ces particularités, il les utilisa plus tard dans son œuvre la plus importante.