Page:Proudhon - Explications sur le droit de propriété.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


lui faire produire, par voie naturelle, le gouvernement et les institutions qu’il renferme virtuellement, comme l’animal et la plante sont renfermés dans le germe. D’après cela, une révolution ne serait qu’une perturbation funeste et un temps de souffrance pour la société, que la prudence des hommes d’État doit chercher à prévenir.

Vous sentez maintenant, monsieur le ministre, sans que j’aie besoin de presser davantage l’argument avec un homme aussi clairvoyant que vous, combien toutes ces théories d’égalité, d’abolition de la propriété, de communauté, de phalanstère, sont vaines, si les auteurs ne prouvent pas que les réformes qu’ils proposent et les systèmes dont ils demandent l’application ressortent nécessairement des faits accomplis et des institutions existantes ; combien, au contraire, elles sont avantageuses à la société si cette corrélation est vraie ; combien enfin il serait aisé de les tourner au profit du gouvernement, si, prenant les radicaux par leurs propres principes, on savait leur rendre précieuse la forme de gouvernement sous laquelle ils vivent, et les amener de vive force à se déclarer conservateurs, j’entends conservateurs dans le sens du progrès. En effet, brisez l’œuf avant le jour fixé par la nature pour l’éclosion de l’animal, et vous n’obtiendrez qu’un avorton ; tuez l’oiseau avant la ponte, et vous n’aurez point de couvée ; donnez à l’enfant des idées et des goûts qui ne soient pas de son âge, et vous n’en ferez qu’un sujet dépravé. Donc toute doctrine sociale qui ne peut prouver sa filiation directe et légitime du système en vigueur, est par cela seul une doctrine fausse et d’avance condamnée ; toute tentative prématurée de réforme est un assassinat. C’est d’après ce principe, admis implicitement ou explicitement par toutes les opinions réformistes, que je me propose de développer bientôt cette thèse si éminemment paradoxale aujourd’hui : L’intérêt du peuple, comme le devoir de tout écrivain radical, est de s’attacher à la charte, et provisoirement au gouvernement de Juillet. Ce sera l’un des plus curieux articles et, je l’espère, le plus démonstratif de mon prochain ouvrage.