Page:Régnier - Escales en Méditerranée.djvu/216

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vers Beyrouth et le yacht blanc qui nous attendait.




Nous voici de nouveau en mer et nous faisons route vers la Crète.




Un ciel de la plus lumineuse clarté, une mer d’un bleu profond, presque minéral, un port, une ville qui est Candie. Il lui reste, d’avoir été vénitienne, une belle fontaine où des lions de pierre soutiennent de leur échine usée une large vasque d’où déborde une eau limpide. La ville est animée et pittoresque. Des hommes passent portant sur leurs épaules des outres dont la peau gonflée de vin conserve encore une forme animale.




De Candie, une voiture nous a menés à Cnossos, aux fouilles qui ont mis au jour les vestiges de l’antique palais du Roi Minos. Des ouvriers y travaillent dans les tranchées ouvertes à travers le vieux sol crétois. On dis-