Page:Réveillaud - Histoire du Canada et des canadiens français, de la découverte jusqu'à nos jours, 1884.djvu/522

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cette main d’association que nous tend si cordialement un peuple frère et fils du nôtre. Nous nous fortifierons mutuellement par ce rapprochement et par les échanges féconds d’idées, de capitaux, de produits qui en résulteront. Ainsi, l’instrument d’oppression qu’avait forgé l’Anglais conquérant achèvera de se briser ; ainsi le Canada français sera pacifiquement, par un lien d’autant plus solide qu’il sera purement moral et volontaire, rattaché à son ancienne et naturelle métropole ; ainsi, la main dans la main, comptant sur ce que Gambetta appelait « la justice immanente des choses », (ce qui n’est qu’un autre nom de l’action providentielle de Dieu dans le monde), la mère et la fille, la vieille France d’Europe et la nouvelle France d’Amérique, pourront travailler, confiantes, à l’accomplissement de leurs destinées !


FIN