Page:R.-J. Haüy - Traité élémentaire de physique - 1803 - Vol 1.djvu/409

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
358
TRAITÉ ÉLÉMENTAIRE

lomb explique le pouvoir des corps terminés en pointe, pour lancer rapidement le fluide électrique. L’explication que nous adopterons, parce qu’elle est plus susceptible d’être développée par le raisonnement, n’est qu’une manière différente de concevoir la même combinaison d’actions.

De la loi suivant laquelle les Corps Idio-Électriques
perdent peu à peu leur Électricité.

400. Il en est tout autrement des corps idio-électriques que des corps conducteurs. Dès que le fluide naturel de ces derniers vient à se décomposer, par l’action des causes dont nous parlerons bientôt, ses deux principes se répandent aussitôt à l’extérieur. Nous devons concevoir, au contraire, que quand le corps est idio-électrique, les deux principes composans restent dans son intérieur, même après leur dégagement, et se distribuent, par des mouvemens contraires, dans deux parties opposées de ce corps. Ces mouvemens ne s’exécutent qu’avec une certaine difficulté, qui provient de la résistance des molécules propres du corps ; en sorte que quand la cause qui avoit décomposé le fluide cesse d’agir, la réunion des deux principes, qui ramène le corps à l’état naturel, ne se fait de même qu’avec une certaine lenteur. On a comparé au frottement, cette résistance qu’un corps idio-électrique oppose au mouvement du fluide dans son intérieur, et on lui a donné le nom de force coercitive. Les effets de cette force se remarquent surtout dans les