Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/153

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
145
chapitre xxix.

Ie croy (dist Epistemon) qu’en toute la patrie vous ne eussiez mieulx choisy. Ie ne diz seulement touchant les perfections d’vn chascun en son estat, les quelles sont hors tout dez de iugement : mais d’abondant en ce que Rondibills marié est, ne l’auoit esté : Hippothadée oncques ne le feut, & ne l’est : Bridoye l’a esté, & ne l’est : Trouillogan l’est, & l’a esté. Ie releueray Carpalim d’vne peine. Ie iray inuiter Bridoye, (si bon vous semble) lequel est de mon antique congnoissance : & au quel i’ay à parler pour le bien & aduencement d’vn sien honeste & docte filz, lequel estudie à Tholose soubs l’auditoire du tresdocte & vertueux Boissoné. Faictez (dist Pantagruel) comme bon vous semblera. Et aduisez si ie peuz rien pour l’aduencement du filz, & dignité du seigneur Boissoné, lequel ie ayme & reuere comme l’vn des plus suffisans qui soit huy en son estat. Ie me y emploiray de bien bon cœur.