Page:Rabelais marty-laveaux 05.djvu/22

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


X NOTICE BIOGRAPHIQUE SUR RABELAIS

connue, et qui fournissait, il faut l’avouer, à un.faussaire une matière des plus tentantes.

La réponse de Budé (datée du 12 avril), constate en effet le vif désir de Rabelais d’arracher une lettre au cé- lèbre helléniste. Comme dans sa correspondance avec Pierre Amy, Budé s’excuse de ses lenteurs sur ses nom- breuses occupations. En style redondant et travaillé, il se plaint de l’embarras des affaires, de la sujétion où le retient la vie de cour. Il examine, conformément au droit romain, avec beaucoup de subtilité et un enjouement assez pédantesque, dans quelle forme Rabelais eût été fondé à intenter à Pierre Amy l’action dont il le me- naçait.

Deux autres lettres de Budé nous restent à examiner ; ce sont les plus importantes ; elles nous apprennent quelques faits curieux, qui, par malheur, n’y sont pas racontés avec autant de détails que nous le souhai- terions.

La première, adressée à Pierre Amy, et datée du 23 fé- vrier (probablement de l’année if22), commence ex abrupto et suit très exactement les préceptes de la rhé- torique, mais n’en est pas moins animée d’une vive et réelle émotion :

« Dieu protecteur de la communauté et de votre ami- tié, s’écrie-t-il, qu’ai-je entendu ? Vous, tête qui m’êtes si chère, et Rabelais, votre Thésée, tourmentés à cause de votre grand amour de la langue grecque, par vos frères acharnés contre le beau, vous subissez beaucoup d’indignes traitements. O sinistre démencede ces hommes !