Page:Racine - Les Plaideurs, Barbin, 1669.djvu/97

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Une confuſion, une maſſe ſans forme,
Un déſordre, un chaos, une cohue énorme :
Unus erat toto naturae vultus in orbe,
Quem Graeci dixere chaos, rudis indigeſtaque moles.

LÉANDRE

Quelle chute ! Mon père !

PETIT JEAN

Quelle chute ! Mon père ! Ay ! monſieur ! Comme il dort !

LÉANDRE

Mon père, éveillez-vous.

PETIT JEAN

Mon père, éveillez-vous. Monſieur, êtes-vous mort ?

LÉANDRE

Mon père !

DANDIN

Mon père ! Hé bien ? hé bien ? Quoi ? Qu’eſt-ce ! Ah ! ah ! quel
Hé bien ? hé bien ? Quoi ? Qu’eſt-ce ! Ah ! ah ! quel [homme !
Certes, je n’ai jamais dormi d’un ſi bon ſomme.

LÉANDRE

Mon père, il faut juger.

DANDIN

Mon père, il faut juger. Aux galères.

LÉANDRE

Mon père, il faut juger. Aux galères. Un chien,
Aux galères ?

DANDIN

Aux galères ? Ma foi ! je n’y conçois plus rien :