Page:Racine - Théâtre choisi, 1904, éd. Lanson.djvu/57

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Mais à qui prétend-on que je le sacrifie ?
La Grèce a-t-elle encor quelque droit sur sa vie ?
Et seul de tous les Grecs ne m’est-il pas permis
D’ordonner d’un captif que le sort m’a soumis [1] ?
Oui, Seigneur, lorsqu’au pied des murs fumants de Troie [2]
Les vainqueurs tout sanglants partagèrent leur proie.
Le sort, dont les arrêts furent alors suivis,
Fit tomber en mes mains Andromaque et son fils.
Hécube près d’Ulysse acheva sa misère [3] ;
Cassandre dans Argos a suivi votre père :
Sur eux, sur leurs captifs ai-je étendu mes droits ?
Ai-je enfin disposé du fruit de leurs exploits ?
On craint qu’avec Hector Troie un jour ne renaisse [4] ;
Son fils peut me ravir le jour que je lui laisse.
Seigneur, tant de prudence entraîne trop de soin :
Je ne sais point prévoir les malheurs de si loin.
Je songe quelle étoit autrefois cette ville.
Si superbe en remparts, en héros si fertile,
Maîtresse de l’Asie ; et je regarde enfin

  1. Ce sentiment de barbare a pu être inspiré à Racine par la dispute d’Achille et d’Agamemnon au 1er livre de l’Iliade (cf. v. 111 et 161-162).
  2. Allusion aux Troyennes d’Euripide (vers 239 et suiv.), où le partage est raconté.
  3. Misère, malheur : emploi courant alors. Mais acheva sa misère est un tour concis pour acheva sa vie misérable.
  4. Il se fait ici un mélange de Sénèque et d’Euripide :

                                  Magna res Danaos movet,
                   Futurus Hector : libera nos hoc metu
    (Troas, 549-550).

    « Une grande cause émeut les Grecs, Hector peut revivre : affranchis-nous de cette crainte. »

    Τί τόνδ’, Ἀχαιοὶ, παῖδα δείσαντες, φόνον
    ϰαινὸν διειργάσασθε ; μὴ Τροέαν ποτὲ
    πεσοῦσαν ὀρθώσειεν…
    … (Troyennes, 1156-8).


    « Quelle raison avez-vous, Grecs, de craindre cet enfant et d’exécuter ce meurtre ? Craignez-vous qu’il ne relève Troie aujourd’hui renversée ? »