Page:Rambaud, Histoire des doctrines économiques, 1909.djvu/389

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Après avoir formulé que « tout accroissement de produit de la terre exige une somme de travail plus que proportionnelle[1] », il ajoute que « cette loi générale de l’industrie agricole est la proposition la plus importante de l’économie politique ».

Or, nous tenons cette loi pour heureusement inexacte dans le sens absolu et mathématique que lui donnait Stuart Mill : nous pensons que, d’une part, les progrès dans les procédés de la culture des terrains anciennement cultivés, d’autre part, les progrès dans la conquête agricole des terres nouvelles peuvent déranger la formule de Mill de la même manière que ces mêmes causes avaient démenti les prophéties de Ricardo. Ce n’est pas tout et il nous a toujours semblé que la question était mal présentée. Pour l’industrie, manufacturière on suppose un accroissement de tous les facteurs de la production, sans exception aucune : pour l’agriculture, au contraire, on en excepte un — la terre, en tant qu’elle soit le fondement nécessaire de toute amélioration — qui ne recevrait aucun accroissement. La parité n’existe pas, ou bien elle n’existerait que si le manufacturier prétendait plus que doubler sa production en doublant son personnel, ses machines et son fonds de roulement sans doubler la superficie de son usine[2].

La loi du rendement non proportionnel conduisait logiquement à la théorie de la rente et au malthusianisme : aussi Carey, qui n’a voulu d’aucune de ces deux conséquences, rejette-t-il énergiquement la prémisse. Stuart Mill, au contraire, qui avait posé cette prémisse, embrassait volontiers l’une et l’autre conséquences. Cependant il se demande « si le revenu du capital incorporé au sol est rente ou profit » (profits du capital, cela va sans dire, sui-

  1. L. I, ch. xii, § 2.
  2. « La loi (des diminishing returns), dit Schmoller, s’applique surtout à la solubilité des éléments nutritifs dans le sol arable : mais elle ne s’applique pas ou ne s’applique qu’en partie au travail, au capital, aux progrès techniques » (Schmoller, Principes d’économie politique, tr. fr., t. IV, 1907, p. 428).