Page:Rambosson - Histoire des Météores, 1883.djvu/171

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


chapitre ix.
météores acqueux.

Formation des brouillards, des nuages ; différentes espèces de nuages : cirrus, cumulus, stratus, etc. — Nuages au sommet des montagnes ; suspension des nuages dans l’atmosphère ; formation subite de nuages dans un ciel serein. — De la pluie : pluies de sang, de soufre, de poussière, de graines et d’animaux. — Du serein ; de la rosée ; de la glace ; du givre ou gelée blanche ; du verglas ; de la neige ; du grésil. — Observation relative à la température des hivers. — De la grêle. — Comment se forment les grêlons ; expériences de M. l’abbé Sanna-Solaro ; comment dans nos saisons et les climats chauds se produit le froid qui forme les grêlons. — Théories de la grêle les plus récentes. — Curieux transport de la chaleur.

I.

De l’humidité de l’air et de la variation de la température naissent un grand nombre de météores très curieux, qui nous frappent à peine, parce qu’ils se présentent fréquemment à nos observations, mais qui n’en sont pas moins admirables par leur production et par leurs effets. Tels sont les brouillards, les nuages, la pluie, le serein, la rosée, la glace, la neige, la grêle.

La vapeur d’eau, qui se condense en subissant un abaissement de température, forme le brouillard. Cette espèce de fumée humide qui s’élève d’un vase d’eau chaude est