Page:Raynal - Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les deux Indes, v1.djvu/49

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


parce que ces eſclaves, en ceſſant de l’être, devenoient des ſujets. Il eſt vrai que le pape Alexandre III déclara que des chrétiens devoient être exempts de ſervitude : mais il ne fit cette déclaration que pour plaire aux rois de France & d’Angleterre, qui vouloient abaiſſer leurs vaſſaux. S’il eût été inſpiré par l’amour de la juſtice & de l’humanité, il n’eût pas dit que le chrétien, mais il eût dit que l’homme n’étoit pas né pour la ſervitude ; que l’eſclave volontaire, eſt un lâche ; qu’aucun lien n’enchaîne licitement l’eſclave involontaire ; que celui qui ne peut le briſer par la force eſt innocent, s’il s’en délivre par la fuite ; & que ſon prétendu maître eſt un aſſaſſin, s’il punit de mort une action autoriſée par la nature. Mais la religion chrétienne défend ſi peu la ſervitude, que dans l’Allemagne-Catholique, en Bohême, en Pologne, pays très-catholiques, le peuple eſt encore eſclave ; & que les poſſeſſions eccléſiaſtiques y ont elles-mêmes des ſerfs, comme elles en avoient autrefois parmi nous, ſans que l’égliſe le trouve mauvais.

Les beaux jours de l’Italie étoient à leur aurore. On voyoit dans Piſe, dans Gênes,