Page:Reclus - Le Rhin français.djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Rhin sont peu de choses au prix du quart, du tiers, de la moitié de la terre de France, même de la France entière, et de ses empires coloniaux.

En reprenant notre bien, l’Alsace-Lorraine, en annexant la Bavière Rhénane et Prusse Rhénane, nous faisons œuvre morale. Il est juste que l’escarpe qui court sur vous, la nuit, le couteau à virole en avant, soit renversé d’un formidable coup de poing entre les deux yeux ; il est nécessaire qu’on lui enlève son « eustache ».

En nous étendant jusqu’au fleuve dit héroïque, nous ne nous emparons pas de tout le couteau ; nous en émoussons la pointe. Voici comment.