Page:Reland - Institutions du droit mahométan relatives à la guerre sainte, trad. Solvet, 1838.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



INSTITUTIONS

DU

DROIT MAHOMÉTAN

RELATIVES

À LA GUERRE SAINTE.


L’espèce de guerre appelée en arabe Djihad est, selon la définition des Musulmans, l’action de combattre pour la cause de la religion les hommes soit étrangers, soit opposés par principes de conscience à la foi musulmane ; ou en d’autres termes, l’action de se dévouer corps et biens à la défaite des impies et des rebelles, comme à l’affermissement et à la propagation de l’Islamisme.

Pour bien comprendre ce que c’est que la guerre sainte, il faut d’abord savoir que lorsque Mahomet âgé déjà de quarante ans, commença à se donner pour prophète et apôtre de Dieu, il défendit de faire la guerre, bien loin de l’ordonner comme un devoir de religion, de telle sorte que lui-même prêchant qu’il fallait supporter patiemment les injures, aima mieux fuir que de résister à ses ennemis ; mais ensuite ses ressources et sa puissance s’étant accrues, Dieu lui révêla, à ce qu’il prétendit, que lui et les siens pouvaient légitimement se défendre contre les impies ; devenu plus fort encore, il décida bientôt qu’il était licite d’attaquer et de combattre ses ennemis en tout tems, excepté néanmoins pendant quatre mois de l’année, le premier, le septième et les deux derniers appelés à cause de cela haram sacrés[1]. Enfin il en vint au point de permettre de faire la guerre même pendant les mois qu’il avait d’abord exceptés, à tous ceux qui ne reconnai-

  1. Koran. Sur. ix. V. 6, 37. Édit. de Hinckelmann.