Page:Renan - Histoire des origines du christianisme - 6 Eglise chretienne, Levy, 1879.djvu/182

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


la basse Égypte, se forma dans les écoles d’Alexandrie et y tint son premier enseignement. Chypre, à ce qu’il paraît, le vit aussi dogmatiser[1]. Ses ennemis mêmes lui accordent du génie, un vaste savoir, une rare éloquence. Gagné par les grandes séductions du christianisme et attaché à l’Église, mais nourri de Platon et plein des souvenirs de l’érudition profane, il ne se contenta pas de la nourriture spirituelle que les pasteurs donnaient aux simples ; il voulut quelque chose de plus relevé. Il conçut une sorte de rationalisme chrétien, un système général du monde, où le christianisme aurait une place de premier ordre, mais ne serait pas tout. Éclairé, tolérant, il admettait une révélation pour les


    Plotin, 16) ; Philosophumena, VI, 21-37 ; Origène, In Ezech., hom. iii ; Contre Celse, II, 27. Tertullien, Adv. Valentinianos ; Præscr., 7, 30, 33 ; De resurr. carn., 2 ; Excerpta ex scriptis Theodoti, à la suite des ouvr. de Clém. d’Alex. ; Eusèbe, Chron., année 141 ; saint Cyrille de Jér., catéch. vi, 17-19 ; saint Jér., In Os., x ; Épiphane, hær. xxxi ; xlii, 12 ; Théodoret, I, 7 ; Philastre, c. 38 ; Pseudo-Augustin, De hær., hær. xi ; Photius, cod. ccxxx. Comp. lettres pseudo-ignatiennes, surtout Ad. Magn., 8 ; Pistis sophia, publiée par Schwartze (cf. Comptes rendus de l’Acad. des inscript., 1872, p. 333 et suiv.) ; autres traités gnostiques, en copie, encore inédits, Comptes rendus, ibid., p. 350-352, note ; Dulaurier, Fragm. des révél. de S. Barth., Paris, 1835.

  1. Philastre, l. c. Cf Lipsius, Die Quellen der ælt. Ketz, p. 256-258.