Page:Renan - Histoire des origines du christianisme - 6 Eglise chretienne, Levy, 1879.djvu/278

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


qui avait été bien méritoire. Pendant que les juifs étaient punis de leur ignorance et de leur aveuglement, l’Église de Jésus, fidèle à l’esprit de son maître et indifférente comme lui à la politique, se développait paisiblement en Judée et dans les pays voisins. L’expulsion qui frappait les juifs atteignit les chrétiens circoncis et pratiquant la Loi[1], mais non les chrétiens incirconcis, pratiquant seulement les préceptes de Noé. Cette dernière circonstance établissait une telle différence pour toute la vie que c’était par elle et non par la foi ou l’incrédulité à l’égard de Jésus que les hommes se classaient. Les chrétiens hellénistes formèrent un groupe dans Ælia, sous la présidence d’un certain Marcus. Jusque-là, ce qu’on appelait l’Église de Jérusalem n’avait eu aucun prêtre qui ne fût circoncis ; bien plus, par condescendance pour le vieux noyau juif, presque tous les fidèles de cette Église joignaient l’observation de la Loi à la foi en Jésus[2]. Désormais l’Église de Jérusalem est uniquement hellénique ; ses évêques sont tous des Grecs, comme l’on disait[3]. Mais cette

  1. Sulp. Sévère, II, 31 ; Orose, VII, 13. (V. Bernays, Ueber die Chron. des Sulp. Sev., p. 58, note 77.)
  2. Sulp. Sév., II, 31.
  3. Eusèbe, H. E., IV, v, vi, 4 ; V, xii ; Chron., aux années 5 [7] et 18 [20] d’Adr., 23 d’Ant. ; Démonst. évang., III, 5,