Page:Renan - Histoire des origines du christianisme - 6 Eglise chretienne, Levy, 1879.djvu/417

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



CHAPITRE XXI.

LE PIÉTISME ROMAIN. — LE PASTEUR D’HERMAS.


Un livre eut en ce genre un succès durable, et servit pendant des siècles d’aliment à la piété chrétienne[1]. Il eut pour auteur un frère de Pius, l’évêque de Rome. Ce personnage, qui sans doute occupait dans l’Église une place considérable, conçut

  1. Texte capital dans le fragment de Muratori : Pastorem vero nuperrime temporibus nostris in urbe Roma Herma conscripsit, sedente cathedra urbis Romæ ecclesiæ Pio episcopo fratre ejus. Et ideo legi eum quidem oportet, se publicare vero in ecclesia neque inter profetas, conpleto numero, neque inter apostolos in finem temporum potest. Hesse, Murat. Fragm., p. 263-273, 296-297. Le fragment de Muratori a dû être écrit (en grec) vers 170 ou 175, à Rome. Remarquez nuperrime temporibus nostris. Comp. Liber pontificalis, Pie I ; Pseudo-Pius, Epist. i ; Pseudo-Tertullien, In Marcionem (en vers), c. 3, vers 294-295. Ce récit ne peut être entièrement faux. Cependant, l’intention de l’auteur du Pasteur ayant été de placer son roman du temps de saint Clément, on ne saurait admettre que Hermas soit le vrai nom du frère de Pius.