Page:Renan - Lettres du séminaire, 1838-1846.djvu/163

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


serai auprès de vous, je serai bien plus content encore, et ce sera bientôt. Je reviens à mon journal.

Vous avez pu voir sur les journaux que Monsieur Dupanloup est nommé professeur d’éloquence sacrée à la Sorbonne ; ce qui se réduit à faire chaque semaine un cours public d’une heure. J’ai eu le plaisir d’assister au discours qu’il a prononcé dans l’église de la Sorbonne, en présence de monseigneur l’Archevêque, du ministre de l’instruction publique et des cultes, et d’une grande partie du clergé de Paris, lors de l’ouverture de la Faculté de théologie, dont son cours fait partie. Le sujet était la science sacrée ; il l’a traité avec une grande supériorité, tant pour le plan qui était magnifique et d’une grandeur étonnante, que pour l’exécution qui était pleine de chaleur et de force, en même temps que d’imagination. De plus, la rhétorique a assisté, vendredi dernier, à la première leçon qui a ouvert son cours d’éloquence et qu’il a donnée dans l’amphithéâtre de la Sorbonne, en présence d’une nombreuse assemblée. Il y a exposé le plan et l’idée du cours qu’il commence, et qui doit