Page:Renard - Bucoliques, 1905.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
3
BUCOLIQUES

— C’est mauvais pour la digestion, dit le médecin.

Et tu lui répliques :

— Pour celle des autres. Moi je digère mieux.

— Marchez, dit le médecin.

— Je dormirais debout.

— Déjeunez frugalement.

— Je dormirais avec la faim.

— Buvez du café.

— Le café m’empêche de dormir, mais il me laisse Le besoin de dormir.

Et tu t’étends sur ta chaise longue.

Tu dors mal, le cou cassé, la chair en proie aux fourmis, le cœur aux remords. Tu rêves de gens qui travaillent, si laborieux qu’ils ne te regardent même pas et que tu devines seulement leur pitié. Et tu dors dans l’oppression, comme on nage entre deux eaux, ni asphyxié, ni libre de respirer.

Ah ! pince-toi, dresse-toi, secoue ta tête qui frappe l’air comme un lent marteau, et vite au travail !