Page:Renard - Bucoliques, 1905.djvu/61

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
53
BUCOLIQUES

— Elles sont folles toutes deux, dit le menuisier ; ça les regarde.

— Vous vous figurez que je plaisante ? lui dit maman Jeanne. Donnez-moi seulement un coup de main pour dresser mon lit et je m’installerai, pas plus tard que tout de suite.

Chacun l’aida volontiers. Le lit fut placé d’aplomb, deux pieds sur la droite, deux sur la gauche du ruisseau. Maman Jeanne alluma sa lampe à cause des voitures.

— Et pour lire votre journal, lui dit-on.

Mais elle ne savait pas lire.

Elle trottait d’un pied de ménagère, au milieu de ses meubles, comme dans une chambre ordonnée et spacieuse. Il ne lui manquait que des murs.

— Quel dommage que le ciel se couvre ! dit le menuisier, vous auriez un beau clair de lune.

— Il me ferait mal aux yeux, dit maman Jeanne.

On lui souhaita en riant une bonne nuit. Elle répondit sans rire :