Page:Revue de métaphysique et de morale, 1896.djvu/3

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


tome iv. – 1896. 1

REVUE

DE

MÉTAPHYSIQUE ET DE MORALE

LOUIS PASTEUR

Les annales de la science s’enrichissent à de rares intervalles d’un nom que toutes les voix peuvent honorer, parce que toutes, faibles ou fortes, se perdent dans le même concert universel d’admiration et de regrets c’est la couronne que l’humanité reconnaissante décerne aux grandes mémoires.

Voilà pourquoi le nom de Pasteur devait trouver place dans cette Revue. Et si l’éloge est indigne de la grande figure à laquelle il s’adresse, la Revue de Métaphysique et de Morale aura rempli son devoir l’auteur de cette notice aura lui-même Jait le sien, en ne se dérobant pas à une lourde tâche. Il faut avoir bénéficié longtemps de l’intimité d’un grand homme pour le présenter sous tel jour que sa physionomie se trouve bien saillante et bien vraie. Aussi nous laisserons la biographie aux soins des familiers. Les plus pauvres en documents trouveront comme nous dans x l’oeuvre immense de Pasteur un champ largement ouvert où chacun pourra glaner suivant la tournure de son esprit un sujet dé réflexion. Ces quelques pages s’en iront dans la mêlée des notices disparates et incomplètes provoquées par la disparition du génie bienfaisant que nous regrettons. De l’ensemble de ces éléments se dégagera certainement la même idée réconfortante et féconde. Avec son œuvre gigantesque, Pasteur laisse un exemple une grande intelligence servie par une volonté de fer et soutenue par deux nobles sentiments exaltés jusqu’à la passion, l’amour de la vérité scientifique et l’amour de la patrie.