Page:Revue des Deux Mondes - 1830 - tome 1.djvu/229

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
221
POPULATION DES DEUX MONDES.

confins tracés par ce dernier géographe, nous avions estimé sa population à 360 millions. Pour comparer notre évaluation avec celle des autres géographes, il faut ajouter la population de la Malaisie (Archipel Indien) et celle de toute la Russie d’Europe, que les auteurs allemands placent en Asie. D’après les calculs de Hassel, et d’après sa manière de tracer les limites orientales de l’Europe, il faudrait ajouter 31 millions à notre évaluation, ce qui ferait 391 millions. Les recherches que nous avons faites depuis, pour connaître la population des différens états de l’Asie, nous ont engagé à modifier nos premiers calculs et à porter à 390 millions la population totale de cette partie du monde, dans les nouveaux confins que nous lui avons assignés ; c’est-à-dire, en retranchant de l’Asie toute la Malaisie, et tous les pays situés à l’ouest de l’Oural, et au nord de la chaîne du Caucase. Nous allons maintenant exposer les bases qui nous ont servi pour obtenir cette somme, en déterminant, d’une manière approximative, d’après des recherches spéciales et des raisonnemens appuyés sur des faits, la population absolue des principaux états de l’Asie. Nous commencerons par l’Asie ottomane.

Peu de contrées de l’Asie ont été plus souvent visitées par les voyageurs que l’asie ottomane. Cependant, on est encore réduit à de simples conjectures sur tout ce qui concerne le nombre de ses habitans. En ne tenant aucun compte de l’opinion de M. Took, qui, d’après des estimations aussi vagues qu’exagérées, accordait, vers le com-