Page:Revue des Deux Mondes - 1830 - tome 1.djvu/238

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
230
ARCHIVES GÉOGRAPHIQUES.

peut donc, avec M. Hamilton, regarder le résultat du recensement de 1801, fait par les magistrats et par les receveurs des districts, comme offrant le maximum de la population existante à cette époque. Prenant donc pour base les sommes auxquelles M. Hamilton a cru pouvoir s’arrêter comme le maximum de la population de l’Inde pour l’année 1820, sommes, que, faute de documens plus récens, il a cru pouvoir reproduire en 1828, nous accorderons, avec ce savant géographe, 134,000,000 à l’Inde, dans les confins que nous lui avons assignés, quoique ces derniers diffèrent en quelque partie de ceux tracés par M. Hamilton.

Après ce que nous venons d’exposer, il serait aussi inutile que ridicule d’exiger une précision mathématique en traitant d’un sujet qui offre tant de vague, et dans lequel l’erreur peut s’élever à quelques millions. Cependant nous ferons observer que l’examen des changemens politiques arrivés dans ces dernières années, dans différentes parties de l’Inde, nos propres recherches et celles de M. Hassel nous ont engagé à faire plusieurs modifications dans tout ce qui concerne les détails relatifs au nombre d’habitans de cette région.

La population de l’Indo-Chine offre encore plus d’incertitude que celle de l’Inde proprement dite. Nous commencerons par l’Empire birman, dont la population a été estimée dernièrement depuis 3 jusqu’à 33 millions. Vouloir prendre la moyenne entre ces deux évaluations, serait chercher la vérité dans l’erreur. Pour obtenir quelque approximation raisonna-