Page:Revue des Deux Mondes - 1830 - tome 1.djvu/355

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
347
VOYAGE AUTOUR DU MONDE.

1700 à 1708. Il donna le nom de Conti à l’île la plus boréale, que les Espagnols connaissent sous celui de Soledad. C’est sans contredit aux navigateurs anglais Davis et Cavendish que l’on en doit la première mention, car ils les aperçurent en 1592 ; et les cartes du temps les désignent même sous le nom d’îles méridionales de Davis. Plus tard, Richard Hawkins, n’en vit que les côtes boréales, qu’il dédia à sa fille, et d’autres disent à la reine Élisabeth, sous le nom d’Hawkins’s Maiden-Land ou de terre vierge d’Hawkins. En 1689, Strong parcourut l’île la plus sud qu’il nomma Falkland. Depuis ces anciennes époques, ces terres ont été visitées par un grand nombre de voyageurs de tous les pays ; et leur destination principale est aujourd’hui de servir de relâche aux navires expédiés pour la pêche des baleines, et la chasse des phoques.

L’étendue des Malouines est d’environ quarante lieues en longueur, et leur relief a cela de remarquable qu’il est composé de montagnes peu élevées, le plus ordinairement dénudées, ou de prairies tourbeuses et humides, couvertes de pelouses épaisses dues à des graminées, à des mousses et à de petites fougères. Leur surface ne supporte aucun arbre ; elles sont complètement démunies de bois, et ceux qu’on a cherché à y planter n’ont même pu croître. Leurs collines et les vallons qu’elles encaissent, les rivières poissonneuses qui y serpentent, les marais et les étangs qui découpent le terrain, de nombreux troupeaux de bœufs et de chevaux redevenus sauvages, un gibier abondant, contribuent à