Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 4.djvu/590

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Atlas au midi, dans une largeur d’environ vingt-cinq milles, et parfaitement de niveau jusqu’au pied des montagnes. A l’est et à l’ouest, cette plaine paraît sans bornes ; son élévation au-dessus du niveau de la mer est d’à peu près mille cinq cents pieds. Le sol est d’une marne sablonneuse, mêlée de nombreux fragmens de quartz cristallisé, de silex, de porphyre, de cornaline, et de cailloux d’une nuance verte ; il est généralement couvert de plantes épineuses, peu élevées, que nous appelons nerprun, et qui sont appelées sidra nebach dans le pays. Les petits cours d’eau sont bordés d’oléandres d’une grande beauté, et au nord de la ville s’étend une forêt de palmiers et d’oliviers. La rivière Tensift, qui sort des montagnes à environ quarante milles en tirant vers l’orient, coule le long de leur base à quatre milles au nord de Maroc, et recueille quelques petits filets d’eau qui sortent de l’Atlas, elle se jette dans l’Atlantique à cent milles plus loin, et à quinze seulement au sud de Saffy. Elle est peu profonde, mais rapide ; sa largeur est de trois cents verges au pont d’Alkantara ; elle est cependant guéable presque partout, excepté au printemps.

La ville de Maroc, située dans la partie nord de cette belle plaine, est entourée d’un mur très-solide, à mâchicoulis en bois de tapia, haut de trente pieds, et avec fondations en maçonnerie : tous les cinquante pas on y trouve une tour carrée ; la ville a six milles de tour, et onze doubles portes. Mais tout cet espace n’est pas couvert de constructions, il embrasse de grands jardins, et des places ou squares de trente acres d’étendue. Le palais du sultan est en dehors des remparts de la ville, et au sud en face de l’Atlas ; mais il est enfermé de murailles d’une égale force ; le terrain sur lequel il s’étend à mille cinq cents verges de longueur, sur une largeur de six cents ; il est divisé en jardins carrés, autour desquels sont des pavillons détachés qui forment la résidence royale ; les parquets des appartenons sont en tuiles de différentes couleurs, mais fort simples du reste ; une natte, un petit tapis à