Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 7.djvu/654

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


portant sur l’épaule un fusil portugais à batterie gigantesque, et le kitombo à la main.

— Allons, Miguel, lui cria son maître, nous sommes prêts : en avant ! et improvise-nous quelque chose.

La troupe poussa un grand cri et s’ébranla sur les pas du vieux nègre, qui se mit à chanter une chanson étrange en s’accompagnant du kitombo. Le pauvre instrument avec ses humbles notes vous eût fait sourire de pitié. Mais écoutez-moi : le soir, en voyage, à l’heure de la halte, quand le silence et la nuit descendent sur les forêts vierges, et que pas un insecte ne bruit dans leur profondeur, si vous prêtez une oreille attentive, vous entendrez parfois des sons qui naissent et meurent tour-à-tour dans la montagne ; une voix les accompagne par intervalles et s’éteint avec eux dans la solitude : c’est le muletier nègre qui charme les longues heures de la marche avec le kitombo ; alors peut-être ces simples accords viendront plus tard se faire entendre doucement à votre oreille et réveiller vos souvenirs endormis.

Le jour commençait à poindre ; l’air était sans brise, et nous marchions lentement sur un sable encore tiède des feux du jour précédent. Oh ! ces premières heures du voyage, avant que la marche n’ait engourdi vos membres fatigués, comme l’âme s’élance au-devant des scènes qui l’attendent, et soupire après les forêts de l’horizon !

— Que voulez-vous donc faire, demandai-je au planteur après un long silence, de toutes ces négresses ? vous en avez acheté deux fois autant que de nègres.

— J’ai, me répondit-il, quelques esclaves qui me tourmentent pour avoir des femmes, et je leur amène celles-ci ; les coquins en sentiront moins l’ardeur du soleil. Si vous les connaissiez comme moi, senhor, vous sauriez qu’un nègre marié en vaut deux.

— Alors pourquoi ne pas les marier tous ?

— Si vous n’étiez pas un homme de l’autre côté de l’eau, je ne vous pardonnerais pas cette question. Pensez-vous que ces petites filles, qui ne sont bonnes qu’à éplucher du coton, valent un vigoureux gaillard que j’aurais eu pour le même prix ? Non,