Page:Revue des Deux Mondes - 1835 - tome 2.djvu/164

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


relations dont nous paierions chèrement l’entretien : ce qu’il importe de constater, c’est le développement des échanges. A cet égard, les perceptions des douanes prouvent, encore mieux que l’activité de la navigation, que, depuis la conquête d’Alger, une prospérité très réelle s’asseoit, pour nos départemens du midi, sur des bases très solides. Pendant les dix années que nous avons considérées tout-à4heure, les douanes ont rendu :


Océan. Méditerranée.
1825 49,607,305 fr. 20,715,545, fr.
1826 58,902,912 22,625,754
1827 53,525,654 21,967,679
1828 60,156,595 25,824,570
1829 60,662,248 22,095,789
1830 56,944,249 24,105,791
1831 55,419,151 24,076,559
1832 58,137,370 29,750,045
1833 55,495,842 28,590,088
1834 50,512,250 28,267,580

Pour conserver les mêmes termes de comparaison que par rapport au tonnage, la moyenne du produit des douanes pendant les cinq années qui ont précédé celle de l’expédition d’Alger est dans


l’Océan La Méditerranée
de 56,548,902 fr ; 22,644,987
celles des années 1832, 33 et 34 est, en comptant pour l’Océan, à cause de l’entrepôt de Paris, la dernière, comme égale à la précédente [1], de 56,375,018 28,862,570
Tandis que l’Océan n’éprouve une diminution de 173,884
Une augmentation de 6,217,583
  1. La réduction dans les droits de douane perçus en 1834 sur les côtes de l’Océan ; n’est qu’apparente : une partie des produits s’est reportée sur l’entrepôt de Paris dont les recettes se sont élevées à 6,722,982 fr. Il faudrait un long travail pour distinguer avec précision, dans cette somme, les provenances de l’Océan de celles des frontières de terre ; mais en attribuant aux premières les trois quarts à peu près du produit, on s’écarte fort peu de la réalité.