Page:Revue des Deux Mondes - 1835 - tome 2.djvu/578

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
572
REVUE DES DEUX MONDES.

à toutes nos craintes et à toutes nos souffrances, et il était probable que nous n’atteindrions ni l’un ni l’autre.

« Afin de soutenir le courage de nos hommes, nous les assurions de temps en temps que nous gagnions le navire ; heureusement un calme plat survint, et nous le gagnâmes en effet si vite, qu’à onze heures nous le vîmes mettre en panne et descendre à la mer un canot qui se dirigea aussitôt de notre côté. Il nous eut bientôt atteints, et le second qui le commandait, nous hêla en nous demandant si nous avions éprouvé quelque malheur et perdu notre navire. Après avoir répondu affirmativement, je le priai de me dire le nom de son bâtiment, et j’exprimai le désir d’être reçu à bord. Il me répliqua que c’était « l’Isabelle, de Hull, jadis commandée par le capitaine Ross. » Sur quoi, je lui dis que j’étais le capitaine lui-même, et que les hommes qui m’accompagnaient formaient l’équipage du ’Victory. Je ne doute pas que l’étonnement du second ne fût là-dessus aussi grand qu’il parut l’être ; et avec l’étourderie accoutumée de la plupart des hommes en pareille circonstance, il m’assura que j’étais mort depuis deux ans. Je le convainquis néanmoins sans peine que ce qu’il regardait comme une vérité était, à tout le moins, une supposition un peu hasardée, et que l’aspect sauvage de tous tant que nous étions eût pu lui démontrer, s’il eût pris la peine d’y faire attention, que nous n’étions pas des pêcheurs de baleine, et encore moins des revenans, mais bien de véritables hommes de chair et d’os. Ces explications nous valurent aussitôt les plus chaudes félicitations dans le vrai style marin, et après quelques questions bien naturelles, le second nous apprit que l’Isabelle était commandée par le capitaine Humphreys ; il retourna ensuite à bord pour annoncer qui nous étions, en ajoutant que non-seulement parmi eux, mais dans toute l’Angleterre, nous passions pour morts.

« Nous le suivîmes lentement, et nous le vîmes s’élancer rapidement à bord. En un instant les manœuvres furent couvertes des hommes de l’équipage qui nous saluèrent de trois acclamations, lorsque nous fûmes à une longueur de câble du navire ; nous arrivâmes enfin à bord où nous fûmes tous reçus par le capitaine Humphreys de la manière la plus cordiale.

« À dire vrai, quand bien même nos malheurs ne nous eussent pas donné des droits aux attentions dont nous étions l’objet, nous eussions pu les réclamer au nom de la charité seule ; car on ne vit jamais une réunion de misérables plus dignes de pitié, et plus faits pour inspirer l’horreur : le dernier des mendians qui erre en Irlande ne nous eût certainement pas surpassés sous ce rapport. Non rasés depuis je ne sais combien de temps, sales, couverts de lambeaux empruntés aux bêtes sauvages,