Page:Revue des Deux Mondes - 1841 - tome 27.djvu/806

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


par Dante. Ses carton sont faits, et il a commencé à dessiner et à masser au fusin les premiers plans de sa composition qu’il exécutera sur le mur, à la chambre, de ce ton mat et solide qui distingue ses peintures de la chambre. – Cette manière est préférable à la fresque proprement dite, dont les secrets et les procédés ne nous sont pas assez familiers, et qui ne doit pas s’accommoder de l’humidité de nos climats, Ce que nous avons vu nous permet d’espérer que, dans quelque temps d’ici, l’école française, la première du monde aujourd’hui, comptera un beau monument de plus.

Les cinq panneaux réservés à M. Roqueplan sont encore vides. Nous ne sommes pas inquiets de la manière dont il les remplira.

M. Louis Boulanger, chargé de la décoration de la salle de repos au bout de la bibliothèque, a presque achevé ses travaux ; il ne lui reste plus que le plafond à faire. Ce salon est boisé de vieux chêne relevé de quelques filets d’or dont le ton brun fait valoir les peintures qui en garnissent toute la partie supérieure.

Ces tableaux sont ainsi disposés, à partir de l’angle gauche, à côté de la porte d’entrée.

La Paix.- Elle foule aux pieds des armures. L’Industrie lui offre ses produits, l’Abondance verse des fruits près d’elle. Les génies des arts lui présentent leurs attributs.

La Concorde. — Près d’elle deux jeunes femmes se tiennent embrassées ; un groupe de génies mène en laisse un lion et un agneau. Un autre petit génie tient une grenade, symbole de l’union.

La Justice. — Une famille lui demande protection ; un génie, armé d’un flambeau, met en fuite la Calomnie et la Violence ; un autre génie supporte des faisceaux, emblème du châtiment et de la puissance exécutrice.

La Vérité – Le Temps la découvre ; on voit à ses pieds la Colère et l’Envie foulées et terrassées par un génie qui leur présente un miroir devant lequel elles reculent à l’aspect de leur laideur. Un second génie chasse l’Ignorance.

L’Etude et la Méditation sont placées au-dessus des fenêtres, dans un jour doux et recueilli dans une demi-teinte transparente favorable à la tranquillité d’effet, que réclament ces deus sujets plus calmes et moins brillans que les autres. Voici comment M. Louis Boulanger en a compris la composition. L’Etude est représentée par un jeune homme pâle et sérieux qui lit dans un livre ouvert supporté par un enfant ; un génie écarte l’Amour et les Plaisirs qui viennent le troubler. – La Méditation, protégée par la Nuit et le Sommeil, est