Page:Revue des Deux Mondes - 1844 - tome 5.djvu/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de large. Les canaux anglais et américains sont un peu moindres [1]. Des canaux semblables au canal Calédonien et au canal du Nord coûtent beaucoup plus cher que les autres. Chez nous, les canaux de 1821 et 1822 ont coûté en moyenne 125,000 fr. par kilomètre, et les canaux, plus récemment entrepris, de la Marne au Rhin, de l’Aisne à la Marne, et latéral à la Garonne, reviendront à 300,000 fr. Les canaux anglais, de dimensions exiguës comme ils sont, ont exigé 135,000 fr., et les canaux américains n’ont réclamé que 101,000 fr. en moyenne. Le canal Calédonien, sur un développement de 34 kil. et demi [2], a coûté 25 millions de fr., soit 725,000 par par kilom. Le canal du Nord parait avoir coûté, en tout une même somme pour un parcours plus que double, 81 kilom., soit 310,000 fr. par kilom. ; mais il n’a pas d’écluses, si ce n’est à ses deux extrémités [3]. La construction d’une écluse en France, sur un canal ordinaire à grande section, grace à l’habileté qu’ont acquise nos ingénieurs revient maintenant à 75 ou 80,000fr. Aux prix de Brest, où la maçonnerie hydraulique se fait à bon compte, une écluse destinée aux paquebots transatlantiques de 450 chevaux coûterait, pour la maçonnerie et les portes, et par conséquent sans les fouilles à opérer pour lui ménager son lit en terre et sans les pilotis des fondations quand il y a lieu, 350,000 francs ; disons tout compris 400,000 francs au moins. Pour un vaisseau de ligne à trois ponts, à Brest, c’est 50,000 francs de plus, quoique l’écluse des navires à vapeur de 450 chevaux soit plus longue et plus large ; mais elle est moins profonde, parce qu’un navire à vapeur de 450 chevaux, tel que le Christophe Colomb ou le Canada, qui ont été construits à Brest, n’a en charge qu’un tirant d’eau de 5 mètres 25 centimètres, et qu’un grand vaisseau à trois ponts comme le Valmy cale 7 mètres 95 centimètres [4].

  1. Le canal Erié se reconstruit depuis quelques années avec plus de largeur et de profondeur. Il surpassera même le canal du Midi et le canal latéral à la Garonne. Le canal de la Chesapeake à l’Ohio est à peu près à l’image de nos canaux à grande section. Le canal latéral au Saint-Laurent dans le Canada a 30 mètres et 1/2 de largeur à la ligne d’eau et 3 mètres de profondeur.
  2. Le développement de la ligne tout entière est de 85 kilomètresis il n’y a de canal creusé que sur 34 1/2 kilomètres le reste est dans le lit des lacs ou des rivières.
  3. Ce ne sont que des écluses régulatrices nécessitées par la marie qui change chaque instant le niveau de la mer, tandis que, dans le canal, on a besoin d’un niveau constant.
  4. n doit croire que la substitution des hélices aux roues à aubes, comme organes moteurs des navires à vapeur, permettra de réduire la largeur des écluses destinées les recevoir, puisqu’ils seront alors dégagés des grands et incommodes tambours qu’ils portent sur leurs flancs. On réduirait alors la longueur de la coque et on en augmenterait la largeur. Un paquebot de 450 chevaux pourrait dès-lors entrer dans l’écluse des vaisseaux à trois ponts, qui a 67 mètres 60 centimètres de tong et 18 mètres 22 centimètres de large. Quant à la profondeur d’une écluse, elle a pour minimum absolu le tirant d’eau des navires auxquels elle est réservée, augmenté d’environ un demi-mètre, car il faut bien que ces navires restent à flot.