Page:Revue des Deux Mondes - 1859 - tome 23.djvu/168

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qui du fond de l’Utah recrutent des adeptes dans toutes les parties du monde et jusqu’à l’extrémité de la Norvège, ont envoyé quelques-uns de leurs saints à travers le bras du Pacifique qui sépare la côte ouest des Sandwich. Les missionnaires mormons prêchent aux indigènes que, dans peu d’années, le monde sera bouleversé, que les îles ébranlées par les volcans s’abîmeront dans l’océan, et ils invitent ceux qui possèdent quelques biens à les vendre pour se rendre sur les bords du lac Salé à la Montagne de Sion, terre promise d’Israël où les élus vivront pendant plus de mille ans dans l’abondance et la prospérité. Ils ont réussi à faire dans les Sandwich de 4 à 5,000 prosélytes. Le reste de la population de l’archipel se partage en tiers à peu près égaux entre les protestans, les catholiques et ceux des indigènes qui n’ont pas encore abandonné leurs anciennes croyances. Dans un rapport daté de New-York, novembre 1857, sur l’état des missions américaines dans les Sandwich, nous lisons que les églises évangéliques comptent de 22 à 23,000 membres effectifs et plusieurs milliers de catéchumènes. Des écoles, au nombre de plus de 300, sont réparties par tout l’archipel, et le gouvernement affecte annuellement plus de 40,000 dollars à l’entretien de ces établissemens. Le chiffre des églises est de 30 environ, et Oahu a vu fonder récemment une institution d’enseignement supérieur où de jeunes indigènes sont préparés à la tâche d’évangéliste et d’instituteur. L’enseignement leur est donné en anglais, et ils parviennent à parler cette langue avec une entière correction. L’intelligence des naturels, au dire des ministres et des missionnaires, est prompte, leur mémoire excellente, mais leur esprit est mobile, et ils ne savent pas mûrement réfléchir. Leur libéralité à l’égard des églises est très grande, les ministres ne cessent de la vanter et de la donner en exemple aux chrétiens d’Europe.

De leur côté, les missionnaires catholiques comptent plus de 20,000 prosélytes ; leurs églises et leurs écoles sont également nombreuses. La plupart des voyageurs qui ont visité la Polynésie se sont demandé si l’austérité des missionnaires protestans, et particulièrement des méthodistes, convenait bien à l’éducation des indigènes. Les rapides progrès du catholicisme aux Sandwich, malgré toutes les entraves qui lui étaient imposées, pourraient servir de réponse à cette question. Cette forme du christianisme plaît mieux avec ses pompes et ses cérémonies à ces populations vives, impressionnables, amies des fêtes. Malgré cela, peut-être eût-il été préférable que les catholiques, au lieu de venir faire ici concurrence aux protestans, portassent leur zèle sur quelque autre point de l’Océanie encore dépourvu de prédications religieuses, parce que la rivalité des deux doctrines chrétiennes est d’un fâcheux effet et entretient