Page:Revue des Deux Mondes - 1859 - tome 23.djvu/576

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


La lecture de cette lettre achevée, Berthe prit l’enfant entre ses bras et le serra sur son cœur. — Ah ! pauvre Francis ! mon cher Francis bien-aimé ! dit-elle en le couvrant de baisers.

La vivacité de ce mouvement, l’exaltation qui parut dans le visage de Berthe, l’ardeur de ses caresses, tout frappa Lucile. — Mais tu l’aimais donc ? s’écria-t-elle.

— Tu ne le savais pas ! dit Berthe.

— Ah ! bonté du ciel, que tu as dû souffrir ! reprit Lucile, dont les yeux se remplirent de larmes.

Peu d’heures après, Berthe présentait le fils de M. d’Auberive à son mari avec la courte lettre qui leur était commune. M. Claverond n’avait jamais eu de relations intimes avec Francis ; mais le désir d’adoption exprimé par sa femme ne rencontra de sa part aucune résistance. Le petit Francis eut sa place le soir même dans la chambre des enfans et son couvert à table. — Habituez-vous à le regarder comme votre frère, dit Berthe à son fils et à sa fille en groupant ces trois petits êtres sous sa main.

Dès le lendemain, Berthe, animée d’une vie plus active et puisant de nouvelles forces dans la tâche nouvelle qui lui était imposée, entra chez sa sœur, qui lui sauta au cou. — Ah ! pauvre chère mignonne, quelle nuit as-tu passée ? dit Lucile… Ai-je pleuré en pensant à toi !

— J’ai réfléchi, dit Berthe ; si tu es toujours dans les mêmes dispositions, comme je n’en doute pas, tu vas me prêter deux cent mille francs.

— Volontiers, reprit Lucile, mais pourquoi faire ?

— Les petits grandissent ; il faudra pousser l’un dans la diplomatie, l’autre à l’École polytechnique, en faire des hommes enfin ; de plus, il faut gagner une dot pour la fille. Or tout cela n’est point aisé à la Marelle. Nous repartirons pour Paris, et Félix rentrera dans les affaires. Il a été probe, son honneur est intact, il trouvera des appuis parmi ses créanciers d’autrefois.

— Mais on ne fait pas une maison de banque avec deux cent mille francs !

— Bon ! n’ai-je pas les cinquante mille francs du petit Francis ?… oh ! je prétends leur faire faire la boule de neige,… et de plus les sommes que je trouverai un peu partout, et notamment dans la bourse de M. Jules Desprez ? Attends, et tu verras…

La maison de banque qu’il s’agissait de fonder préoccupait moins Lucile que la tranquillité de sa sœur ; c’était si loin de ce qu’elle prévoyait après l’orage de la veille ! Elle la regarda plusieurs fois en silence, puis se décidant : — Tu es bien sûre que M. d’Auberive est parti ? reprit-elle.