Page:Revue des Deux Mondes - 1861 - tome 31.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


manifestation, couverte d’une excuse officielle et enveloppée de toutes les formes, laisse soupçonner, après dix ans de patience, le juste mécontentement qu’inspirent ses étranges procédés, l’empereur, dis-je, espère faire prendre à l’Europe une démonstration unanime de sa noblesse pour le témoignage du dévouement qu’on lui porte. Il aura de la peine à y réussir. Il se plaint hautement et m’accuse personnellement d’avoir ajouté, sans doute de mon chef, aux instructions que j’aurais pu recevoir. Quant à moi, mon attitude officielle n’a rien eu jusqu’ici que de facile ; je n’ai cessé de me retrancher derrière l’excuse de mon indisposition, paraissant ne rien comprendre à l’incrédulité qu’on lui oppose et au déchaînement général qui en est la suite. En présence de procédés si insolites et si concertés, dont l’effet s’est déjà fait sentir et dont on me menace pour l’avenir, que dois-je faire, monsieur ? Jusqu’à quel point faut-il pousser la patience ? J’éprouve un vif désir de recevoir à cet égard les instructions de votre excellence. Jusque-là je chercherai à me maintenir de mon mieux sur ce terrain glissant, bien déterminé à ne rien compromettre volontairement et à ne pas engager le gouvernement du roi sans m’y trouver impérieusement contraint.

« Je sens tout ce qu’une rupture aurait de graves conséquences, je ferai pour, l’éviter tout ce que l’honneur me permettra, je ne reculerai jamais devant une responsabilité que je me croirais imposée par mon devoir mais votre excellence peut être assurée que je ne l’assumerai pas légèrement, et qu’une provocation ou une offense directe, positive, officielle, pourrait seule me faire sortir de l’attitude expectante que je me conserve.

« Ayant reçu avant-hier la dépêche que votre excellence m’a fait l’honneur de m’écrire le 8 de ce mois, relativement aux affaires de Grèce, je me suis empressé de demander un rendez-vous à M. de Nesselrode pour l’en entretenir. Le vice-chancelier me l’a indiqué pour aujourd’hui, et je pourrai en rendre compte dans un post-scriptum avant de fermer cette dépêche. »

« P.-S. — Je sors de chez M. de Nesselrode ; ainsi que je l’avais prévu et espéré, son accueil a été le même que par le passé, et pas une seule nuance n’a marqué la moindre différence. Nous ne nous sommes écartés ni l’un ni l’autre du but de l’entretien, qui avait pour objet les affaires de la Grèce et la dépêche de votre excellence. Je devrai entrer à cet égard dans quelques détails que je remets à ma prochaine expédition. »