Page:Revue des Deux Mondes - 1862 - tome 38.djvu/416

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de dix ou douze grandes provinces, et personne ne reculait devant cette conséquence.

On sait ce que Bordeaux a gagné à un pareil rêve. La révolution venue, tout son commerce disparut ; ces quais si animés sont devenus déserts, la population a reculé, la vie s’est éteinte. Le sang de ces hardis parlementaires, de ces éloquens avocats qui traitaient si mal le gouvernement réformateur de Louis XVI, a coulé par la hache ou par le suicide. Sous l’empire, le blocus continental a fini de tout étouffer. Cette ville, qui avait tant contribué par ses députés à l’établissement de la république et à la guerre contre l’Europe, a salué une des premières d’acclamations enthousiastes le retour de la royauté et de la paix. Depuis 1815, elle a reconquis à peu près son ancienne activité, mais sans regagner le temps perdu. La population n’y a pas tout à fait doublé : elle a passé de 90,000 à 150,000, tandis qu’à Liverpool elle a décuplé (de 60,000 à 600,000). C’est maintenant le tour de la ville française de ne pouvoir supporter la comparaison avec le port anglais qu’elle dépassait en 1787, et quant au reste de la généralité, d’immenses solitudes incultes s’étendent toujours jusqu’aux portes de la splendide cité.


V. — GASCOGNE.

La généralité d’Auch comprenait à peu près les deux départemens actuels du Gers et des Hautes-Pyrénées, avec des fractions des départemens voisins. Elle se divisait en cinq élections, Auch, Lomagne, Rivière-Verdun, Comminges et Astarac, qui forment aujourd’hui huit arrondissemens, Auch, Mirande, Lectoure et Lombez dans le département du Gers, Castel-Sarrasin dans le département de Tarn-et-Garonne, Muret et Saint-Gaudens dans la Haute-Garonne, Saint-Girons dans l’Ariège. Le reste, comprenant la Bigorre, les Quatre-Vallées et le petit pays du Nébouzan, enclavé dans le Comminges, c’est-à-dire le département actuel des Hautes-Pyrénées, avec une petite partie de la Haute-Garonne, était pays d’états, et par conséquent s’administrait à part. Formée, dans son ensemble de contrées montagneuses et complètement délaissée par le gouvernement central, cette généralité passait pour la plus pauvre et la moins peuplée ; elle ne contenait, d’après Necker, que 603 habitan3 par lieue carrée.

On fut plus sage à Auch qu’à Bordeaux, et on s’en trouva bien. Quoique la généralité appartînt au ressort du parlement de Bordeaux, il n’y fut tenu nul compte de l’arrêt de défense. L’assemblée provinciale répondit avec empressement à l’appel du roi. Elle se composait de 40 membres. L’archevêque d’Auch, M. de La Tour-du-Pin-Montauban,