Page:Revue des Deux Mondes - 1863 - tome 44.djvu/311

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’Augusteum, nous eûmes bien vite remarqué un jeune iman d’une vingtaine d’années; les autres, après avoir regardé quelques instans avec ébahissement et s’être communiqué quelques réflexions plus ou moins puériles, disparaissaient bientôt pour faire place à d’autres badauds; mais lui, il resta là des heures entières à suivre avec une avide attention tous les mouvemens de l’artiste : peu à peu il s’enhardit à demander quelques explications, à manier les instrumens, et, encouragé par nos réponses, il se fit rendre compte de l’usage de chaque chose. Il nous étonna par son esprit d’imitation et d’invention, poussé à un point qui l’eût fait remarquer partout, mais qui chez un Turc était vraiment un phénomène extraordinaire. Il aurait voulu tout savoir et tout faire. Il avait vu entre les mains de M. Guillaume une règle à niveau : pendant plusieurs jours, il s’occupa à en fabriquer une pareille, et pour tout ce qui dépendait de lui il réussit; mais où prendrait-il le tube à bulle d’air? Nous lui en promîmes un s’il voulait se laisser faire son portrait, et un jour, à midi, nous l’emmenâmes dîner chez nous. Rien de plus amusant que son étonnement quand on lui servit du potage dans son assiette, et qu’il lui fallut manger avec une cuiller et une fourchette. Après dîner, quand nous lui montrâmes un revolver, nos photographies, les globes terrestres que possédait le séminaire, ce furent de nouveaux accès d’étonnement ou plutôt de stupéfaction. Nous lui fîmes voir toute la maison, ce qui l’intéressa fort. Des lits pour les élèves, des tables pour écrire, une bibliothèque où il y avait des livres, tant de choses dans une école, il n’en revenait pas! Nous lui demandâmes si leurs écoles n’étaient pas ainsi. « Non, répondit-il avec tristesse, nous sommes pauvres! » A ce propos, nous nous informâmes de ce qu’il gagnait comme l’un des imans de la mosquée. « Cinq cents piastres (à peu près cent francs) par an. » Cela est fourni par la location de quatre ou cinq boutiques que la mosquée possède au bazar. Il n’y a pas là de quoi vivre, même dans un pays où le pain coûte 15 centimes et la viande 40 centimes l’oke, c’est-à-dire les 1,250 grammes. Aussi songeait-il à aller apprendre à Constantinople quelque métier, comme celui d’horloger ou de relieur. Il y deviendrait bien vite habile ouvrier, car il faisait de ses doigts tout ce qu’il voulait. Un jour il se fabriqua une équerre, un autre jour un T; il se mit à dessiner la grande porte de l’Augusteum, et s’en tira du premier coup en homme qui a de naissance ce qui ne s’enseigne point, et qui apprendrait bien vite tout ce qui peut s’enseigner.

C’est d’ailleurs là un exemple isolé dont il n’y a aucune espèce de conclusion à tirer, une de ces exceptions qui ne servent qu’à confirmer la règle en la faisant mieux apercevoir par le contraste.