Page:Revue des Deux Mondes - 1864 - tome 50.djvu/75

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
71
LES VOIX SECRÈTES DE JACQUES LAMBERT.

de son ami. Aussi, redoutant une explication entre les deux hommes, il voulut la prévenir. Afin de dissiper l’espèce de froideur qui gagnait les convives, il se mit en frais de verve et d’entrain, excita tout le monde à boire et se grisa un peu lui-même. Son dessein était de réconcilier pleinement les deux adversaires après le dîner. Cela lui parut d’autant moins difficile que Jacques et M. de Girard semblèrent d’un commun accord le seconder dans son projet. La conversation s’anima, et une gaîté bruyante, mais fausse, présida au repas.

Après le dîner, on passa sur la terrasse. De la hauteur où l’on était, on dominait une assez vaste étendue de terrain et le cours d’une petite rivière qui, encaissée dans ses rives argileuses et bordée de grands saules, traversait le parc. Quoique la nuit fût belle, une brume légère se répandait dans l’air. Elle s’épaissit bientôt au point de prolonger en largeur l’horizon de la rivière. Ainsi agrandie et entrevue au travers des saules, la nappe d’eau apparaissait comme une mer houleuse et chargée de vapeurs. Tandis qu’Achille préparait de son mieux M. de Girard, qui l’écoutait avec complaisance, Jacques contemplait le paysage avec une attention que motivaient sans doute de lointains souvenirs. Il revenait à ses pensées habituelles, et trouvait aux lieux où il était une certaine analogie avec ce chemin planté d’arbres au-delà duquel on apercevait la mer et où Gerbaud avait été tué. En même temps, soit hasard, soit association d’idées, il se souvint de ces mots qu’Achille lui avait dits le matin : « Si encore tu pouvais être assuré que ce fût l’assassin, je comprendrais que tu voulusses te battre avec lui. » Il s’émut comme à une illumination soudaine, descendit rapidement au jardin et appela le domestique d’Achille. C’était un ancien matelot de la Magicienne que le jeune homme avait gardé à son service. Jacques lui parla bas quelques instans, et, quoique le marin parût étonné de l’ordre que lui donnait l’officier, il répondit affirmativement. Jacques remonta alors. Justement Achille le cherchait des yeux pour lui amener M. de Girard.

— Mon cher Jacques, lui dit-il, je n’aurais rempli qu’à demi le rôle d’ambassadeur que tu m’as confié ce matin, si je n’établissais pour l’avenir de bonnes relations entre deux hommes dont rien n’explique la mésintelligence.

— Pour ma part, monsieur, dit le créole, je regrette infiniment notre altercation d’hier.

— Moi aussi, répondit Jacques.

Ils ne se donnèrent pourtant pas la main.

En ce moment, la fraîcheur devint assez intense pour que les femmes rentrassent au salon. M. Herbin vint à M. de Girard et à