Page:Revue des Deux Mondes - 1871 - tome 94.djvu/588

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


claquaient. Son visage était d’un rouge sombre; mais, comme je n’y voyais pas de boutons, je croyais que le docteur s’était trompé. Le bataillon cependant campait de ci, de là, un jour au bord du canal de l’Ourcq, en plein air, un jour à Noisy-le-Sec, dans une salle de bal. Je ne quittais pas mon capitaine, qui de son côté m’offrait toujours la moitié de sa botte de paille, quand il en avait une; nous dormions sous la même couverture. Le cinquième jour, il était à peu près rétabli. Le docteur revint et le trouva déchirant à coups de dents un beefsteak de cheval cuit sur un lit de braise et buvant dans une tasse de fer-blanc un mélange de glace et d’eau-de-vie. Il n’en voulait pas croire ses yeux. — Ma foi, dit-il, vous avez tué la petite vérole, c’est un miracle!

Nous étions alors en cantonnement à la ferme de Londeau, à mi-chemin entre le fort de Rosny et le fort de Noisy-le-Sec. Chacune des compagnies du bataillon des francs-tireurs devait être de grand’ garde à tour de rôle le long du chemin de fer, entre les stations de Rosny et de Noisy. Il se passait quelquefois d’étranges choses autour de ces cantonnemens lointains. Si les Prussiens ne se gênaient pas pour frapper de réquisitions les villages qu’ils occupaient, ceux qui groupaient leurs maisons à l’ombre de nos forts avaient d’autres ennemis à redouter. Les soldats se chauffaient comme ils pouvaient, et il est bien difficile de se montrer d’une sévérité absolue envers des malheureux qui cherchaient çà et là, aux dépens des propriétaires, quelques pièces de bois pour rendre un peu de vie à leurs membres engourdis. Certes ils ne respectaient pas toujours les portes et les fenêtres des habitations abandonnées; mais le thermomètre marquait 14 et 15 degrés, nous étions souvent sans abri, et, par les nuits glaciales que nous subissions, les cas de congélation étaient fréquens. Que ceux qui n’ont jamais péché nous jettent la première pierre! Mais que dire des spéculateurs que nous envoyait Paris? Un matin j’ai vu, de mes yeux vu, un officier de la garde nationale arriver en tapissière, et, accompagné d’un ami, exécuter une véritable razzia aux dépens des portes et des persiennes du voisinage. Il choisissait son butin, ne dédaignait pas d’y comprendre quelques volets mêlés de jalousies, et, sa tapissière bien chargée, il s’en retournait faisant claquer son fouet, le képi sur l’oreille. C’était probablement un entrepreneur qui faisait provision pour la saison prochaine, et ne voulait pas que sa clientèle eût à souffrir d’aucun retard. D’autres industriels venaient à la suite, que les scrupules n’embarrassaient pas davantage.

Notre situation à cette extrémité de nos lignes et les promenades qu’elle entraînait donnaient à notre vie un caractère en quelque sorte monacal. Si Paris ne savait rien de ce qui se passait en province, nous ne savions rien de ce qui se passait à Paris; nous sen-