Page:Revue des Deux Mondes - 1873 - tome 105.djvu/533

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


gauche de l’armée de Lee ; mais, reconnaissant la difficulté de l’entreprise, il se décida bientôt à suivre en descendant le côté nord de la rivière, précédé par le corps de cavalerie de Sheridan.

Le mouvement de Grant avait été deviné par Lee, qui, de son côté, se remit en marche, et pour la troisième fois le général fédéral retrouva son adversaire devant lui, toujours inattendu, toujours préparé. Malgré la rapidité et le mystère de ses mouvemens, car il avait marché la nuit, il était de nouveau déjoué par Lee, qui le dépassant en promptitude, s’interposait au moment critique et lui offrait la bataille. Tournant cette fois encore la position de Lee, Grant se porta en avant afin de passer le Chickahominy et d’atteindre Richmond. Pour la quatrième fois, Lee le devança, et lorsque les fédéraux arrivèrent à Cold-Harbor sur le fleuve, espérant enfin le traverser, ils y trouvèrent les confédérés leur barrant le passage. Il devenait urgent pour Grant d’attaquer sérieusement son adversaire et de chercher à l’écraser sous la masse énorme de ses troupes, puis à forcer le passage du Chickahominy et à s’emparer de Richmond. Le 3 juin 1864, la lutte s’engagea. L’armée fédérale entière fut jetée sur les lignes de Lee ; le conflit fut rapide et épouvantable. Sept fois en une demi-heure l’attaque des fédéraux fut repoussée ; sept fois ils revinrent à la charge, mais sans pouvoir rompre les lignes des confédérés ni entamer leurs retranchemens. Entre onze heures et midi, la partie de Grant avait été jouée et perdue. Les confédérés, grâce aux admirables travaux de défense de Lee, n’avaient eu que 1,200 hommes tués, tandis que les pertes de leurs adversaires s’élevaient à 13,000.

À ce moment, les espérances des fédéraux semblent avoir été ébranlées. L’engagement de Cold-Harbor jeta la consternation dans les esprits, et, si le succès n’était pas venu d’ailleurs, il eût été difficile de trouver tout de suite des recrues pour reformer l’armée si profondément atteinte. En un mois, cette campagne, du 4 mai au 4 juin, avait coûté au nord 60,000 hommes et 3,000 officiers. Après quelques jours de repos, Grant, voyant l’impossibilité de poursuivre ses projets contre Richmond, s’arrêta au seul plan qui offrait une chance de succès : tourner la capitale, tomber sur Petersburg à 22 milles plus bas, couper les chemins de fer qui relient Richmond avec le sud, et la forcer ainsi à une capitulation. Il suivit le cours du Chickahominy et le passa beaucoup plus bas sans que Lee, qui avait dû envoyer une division au secours de Lynchburg (menacée par le fédéral Hunter, qui mettait le pays à feu et à sang), pût cette fois s’y opposer. Avançant sur Petersburg, qu’il croyait prendre facilement, sa première attaque fut vaillamment repoussée par la garnison de la ville. Lee arrivait en même temps