Page:Revue des Deux Mondes - 1875 - tome 11.djvu/385

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Feiglstock attendit un jour et même deux ; mais le troisième il alla trouver poliment le riche Atlas de Sadagora, qui ne comprit rien à la lettre de change qu’on lui présentait. La supercherie fut ainsi découverte. Feiglstock cracha de colère ; il n’alla pourtant pas en justice : ce n’est qu’à la dernière extrémité qu’un Juif traîne un autre Juif devant les tribunaux ; mais il accusa Chaike devant le rabbin, et cria dans la rue si haut que tous les Juifs s’ameutèrent, maudissant avec lui la voleuse.

— A-t-on jamais entendu pareille chose ? disait Pennina, laisser protester une fausse lettre de change ! On devrait la jeter en prison.

— Moi, j’ai appris une autre nouvelle, dit Jehuda, quelqu’un qui revient de Czernowitz a vu notre beau-frère.

— Comment l’aurait-il vu, puisqu’il est changé en baudet ? fit observer judicieusement Pennina.


XI.


La pauvre Chaike va donc comparaître devant le rabbin, pâle, exténuée, mourante ; on doit la juger néanmoins, et la juger avec sévérité, car elle a commis un crime. Personne ne se soucie de la défendre ; une multitude irritée se presse devant la maison du rabbin, qui attend derrière une table, revêtu de sa longue robe de soie, la Thora ouverte devant lui.

— Elle approche, elle est là ! crient cent voix courroucées. La coupable est amenée par le schames (sacristain de la synagogue, sorte d’huissier). Elle rase les murailles et tire sur son visage éploré le fichu qui lui couvre la tête, mais les femmes lui arrachent ce voile.

— Regardez l’hypocrite ! la faussaire ! — Les hommes ramassent des pierres et la menacent : — Qu’elle soit maudite ! — que maudits soient les parens qui l’ont engendrée !

— La mendiante ! s’écrie Pennina en lui barrant le chemin, elle ne voulait pas me servir, mais elle n’est pas trop fière pour voler !

Les frères de Pennina , Abraham et Jephté Rosenstock, empoignèrent Chaike par le bras, chacun de son côté, la secouant avec une brutalité révoltante.

— Tu as apporté la honte sur nous, vociféraient-ils. Que le malheur prenne gîte sous ton toit.

— Frappez-la, frappez donc ! criait Pennina les excitant.

Chaike se tourna sur les Rosenstock comme un animal forcé : —