Page:Revue des Deux Mondes - 1875 - tome 11.djvu/681

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


variétés de minerai sont en partie traitées sur les lieux, séparément ou mélangées ensemble, et fondues dans des hauts-fourneaux chauffés au charbon de bois. En 1873, plus de 70,000 tonnes de métal ont été produites de la sorte par dix-sept hauts-fourneaux. La fonte de fer ainsi obtenue est raffinée dans des fours à réverbère, puis martelée, laminée à la forge en rails, en barres, en lanières. La majeure partie du minerai est exportée dans les usines de l’Ohio. Grâce au voisinage des grands lacs, cette utile matière peut être amenée économiquement à de très grandes distances.

Sur la quantité totale de 2,800,000 tonnes de fonte fabriquée en 1872 aux États-Unis, environ 1,200,000 l’ont été à l’anthracite, 1 million à la houille bitumineuse crue ou au coke, et le reste au charbon de bois. Dans cette fabrication, c’est la Pensylvanie qui marche au premier rang, c’est même elle qui produit presque toute la fonte obtenue à l’anthracite. Les états de New-York et d’Ohio ne viennent qu’après elle, le premier pour 200,000 tonnes de fonte à l’anthracite, le second pour la même quantité fabriquée à la houille ou au coke. Après ces trois états, il faut citer par ordre d’importance le New-Jersey, le Massachusetts, l’Illinois, le Michigan, le Missouri, l’Indiana, le Wisconsin, le Maryland, la Virginie. Partout on extrait et l’on fond autant que possible sur place le minerai. Quand la houille n’est pas à proximité ou revient trop cher, on emploie le charbon de bois produit par les forêts voisines. Il n’est état ou territoire, si lointain soit-il, qui n’ait tenté de traiter lui-même ses minerais. A Boulder, dans le Colorado, aux premiers jours de la colonisation, en 1865, on a essayé de fondre au charbon de bois un minerai assez peu riche et peu abondant exploité au flanc des Montagnes-Rocheuses. Les pionniers ne doutent de rien, et l’affaire a marché un moment d’un pied boiteux ; mais un jour le fourneau s’est engorgé, on a produit ce que les fondeurs appellent un loup dans leur langage pittoresque ; les tuyères qui soufflaient l’air dans le creuset se sont bouchées, la fonte a refusé de couler, s’est durcie, et le foyer s’est trouvé hors de service après une courte campagne. Les fondeurs mormons de l’Utah ont été plus heureux et ont alimenté longtemps avec succès, alimentent peut-être encore leurs fourneaux avec le minerai et la houille que la Providence, disent-ils, leur a départis. En Californie, ce sera mieux encore, et ce jeune et brillant état se prépare dès maintenant à lutter victorieusement pour cette fabrication, comme il l’a déjà fait pour d’autres, avec ses frères aînés de l’Atlantique.

Les trois états de Pensylvanie, de New-York et d’Ohio sont les trois principaux producteurs de fer aux États-Unis ; mais la Pensylvanie domine de beaucoup les deux autres, et c’est pourquoi cette importante région, où sont à la fois les plus riches