Page:Revue des Deux Mondes - 1875 - tome 11.djvu/926

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


UN
PAMPHLETAIRE ANGLAIS
AU XVIIIe SIECLE

I. The Opposition under George the third, by W. P. Rae, Londres 1875. — II. Historical gleanings, by James Thorold Rogers, Londres 1874.

Macaulay se plaint quelque part que les premières années du règne de George III soient une des périodes les moins connues de l’histoire d’Angleterre. Depuis que le grand historien whig écrivait ceci, les faits de cette époque obscure se sont éclaircis, grâce surtout à la publication posthume des mémoires ou de la correspondance des personnages qui se trouvaient alors en évidence. Il faut le dire, cette demi-teinte convenait aux hommes d’état par qui la Grande-Bretagne fut gouvernée de 1760 à 1780. Chatam est condamné à l’inaction par la maladie ; son fils, William Pitt, est encore un enfant : les autres se confondent dans une médiocrité presque uniforme ; aussi ne s’étonne-t-on qu’à moitié de voir le public s’éprendre d’enthousiasme pour un folliculaire de mœurs légères, de réputation suspecte, pour John Wilkes, un étrange phénomène de popularité, comme le dit si bien lord North, et dont les événemens font du jour au lendemain le défenseur inopiné des libertés britanniques.

Ces vingt années pendant lesquelles les Anglais perdirent l’Amérique du Nord, soutinrent des guerres désastreuses et ne conclurent que des traités désavantageux, se recommandent surtout à