Page:Revue des Deux Mondes - 1875 - tome 9.djvu/258

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


défilés du South-Mountain, et de simples arrière-gardes avaient été laissées dans ces passages par les corps qui les avaient traversés dans leur marche divergente sur Harpers-Ferry et Hagerstown ; mais le 14, dès le point du jour, le général confédéré s’empressait de les occuper de nouveau en force, et il avait la bonne fortune d’y devancer le gros de l’armée fédérale, qui manqua ainsi l’occasion de s’en emparer sans coup férir. Tandis que Mac-Laws, déjà arrivé sur les rives du Potomac, renvoyait en arrière la plus grande partie de sa division avec l’ordre de défendre à tout prix Cramptons-Gap jusqu’à ce que Harpers-Ferry eût capitulé, la division Hill, suivie par tout le corps de Longstreet, revenait en hâte à Turners-Gap.

Reno, parti de Middletown le 14 au point du jour, arrivait de bonne heure au pied de ce défilé, que Hill occupait seul encore avec moins de 6,000 hommes. Situé entre les deux villages de Middletown et de Boonesboro, à 5 kilomètres de l’un et à 3 de l’autre, Turners-Gap ou Frogs-Gap est une gorge profonde qui s’ouvre dans l’arête du South-Mountain. Après s’être élevée d’environ 200 mètres sur des pentes assez raides, la route s’engage dans la gorge, où elle serpente entre des côtes abruptes de 100 à 150 mètres de haut. Cette brèche étroite peut être défendue par une poignée d’hommes ; mais, l’arête qu’elle traverse n’étant pas inaccessible, c’est sur celle-ci et non dans le défilé même que se trouve la véritable défense du passage. A 1,600 mètres au nord de la route, la crête du South-Mountain se relève et forme un mamelon escarpé qui domine tous les environs ; puis elle se partage et enserre un vallon qui forme en se creusant un obstacle de plus en plus considérable entre les deux lignes de hauteurs. Deux routes, l’une au nord du défilé, dite de Hagerstown, l’autre au sud, dite de Sharpsburg, gravissent d’échelon en échelon l’arête orientale, s’élevant à travers des pentes pierreuses, des côtes boisées, de grandes clairières en pâturages, et permettent ainsi d’éviter la première partie de la gorge. La clé de toute la position est le mamelon situé au nord, car il domine également les deux arêtes, tandis que toute attaque par le sud oblige de les enlever successivement.

C’est cependant de ce côté que les fédéraux, mal renseignés, abordèrent l’ennemi. Entre neuf et dix heures, la division du général Cox, composée de troupes de l’Ohio, et dite du Kanawha parce qu’elle venait de la Virginie occidentale, arriva sur le terrain. C’était la tête de colonne du corps de Reno. La droite de Hill, qui défendait l’arête au sud du défilé, n’était formée que par la brigade Garland ; mais son infériorité numérique était compensée par les avantages défensifs du terrain qu’elle occupait. Toutefois, après une assez longue et inutile canonnade, Cox l’attaqua vigoureusement,