Page:Revue des Deux Mondes - 1875 - tome 9.djvu/277

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le bois, Williams rencontre des murs de clôture, et, dans le bois même, des arêtes rocheuses, qui offrent un facile abri aux tirailleurs ennemis, et entravent sa marche. Cependant Lee, sentant toute l’importance de la lutte engagée de ce côté et voulant à tout prix soutenir sa gauche, n’hésite pas à dégarnir entièrement son centre et envoie D. H. Hill avec le reste de sa division au secours de Jackson. Hood, demeuré en réserve depuis la veille, se joint à lui, et ces deux généraux reprennent l’offensive, Hood contre Williams, Hill contre Green.

Les débris du corps de Hooker combattent en ligne avec les deux divisions de Mansfield ; mais, devant cette nouvelle attaque, les fédéraux sont obligés d’abandonner le terrain découvert qu’ils occupent : ils reculent jusqu’au bois d’où peu d’heures auparavant ils avaient délogé la division Starke. Hooker est grièvement blessé et emporté du champ de bataille où il a si vaillamment combattu. Hartsuff et Crawford sont tombés comme lui. Les soldats, privés de presque tous leurs chefs, se groupent au hasard pour reprendre, derrière les arbres, la fusillade contre l’ennemi. L’artillerie, cette arme pour laquelle les volontaires du nord ont toujours montré une aptitude particulière, soutient le combat avec obstination : il y eut un moment où une seule batterie suffit à couvrir tout le centre de Hooker. A gauche cependant, Green n’a pas lâché prise, et se maintient dans les bois qui s’étendent de ce côté jusqu’à Dunker-Church ; mais, de part et d’autre, les combattans épuisés attendent des renforts pour reprendre l’offensive, car c’est sur ce terrain resserré que le sort de la bataille semble devoir se décider.

Du côté des fédéraux, Sumner a passé la rivière au point du jour, à la suite de Hooker, et marche rapidement en se dirigeant sur le bruit du canon. Lee n’a laissé que deux divisions du corps de Longstreet, c’est-à-dire 9,000 ou 10,000 hommes, pour garder toute la ligne de l’Antietam, et il ne peut plus en distraire un seul homme. Heureusement pour lui, Mac-Laws, devançant Franklin, vient le rejoindre après avoir passé deux fois le Potomac, et ce renfort opportun est aussitôt dirigé sur Dunker-Church. Sumner arrive pourtant avant lui sur le champ de bataille, et la présence du 2e corps ramènera la victoire du côté des fédéraux. Il est neuf heures : l’occasion est favorable pour attaquer de front les positions des confédérés sur l’Antietam, que Lee a dégarnies pour porter à gauche une partie de leurs défenseurs. Porter avec Morell rejoint la division Sykes et forme ainsi le centre de la ligne fédérale, tandis que Burnside, avec le 9e corps, fort de 13,000 hommes, en occupe la gauche. Mac-Clellan, qui d’un point dominant embrasse tout le front de son armée sur les deux rives de l’Antietam, a, dès huit