Page:Revue des Deux Mondes - 1879 - tome 34.djvu/756

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


bien portante. Je trouve à redire aux femmes malades, mais il ne faut pas qu’elles soient trop florissantes et qu’elles soient en état de rosser les gens qui leur feraient une déclaration. J’ai connu en Corse une demoiselle admirablement belle qui fut traduite en police correctionnelle pour avoir battu un homme. Elle fut acquittée bien entendu.

« J’ai été excessivement fâché de ne pas vous avoir vue cette année. J’ai fait faire un cours de cuisine espagnole par ma cuisinière qui est arrivée à une certaine force sur le puchero, c’est-à-dire l’olla podrida de don Quichotte. J’avais le dessein de vous faire essayer cela avec le reste de mon thé jaune pour en prévenir les effets. Vous saurez qu’avec du thé jaune on peut dîner d’un éléphant sans que l’estomac en souffre le moins du monde.

« Dans le cas à jamais regrettable où vous ne seriez pas à Londres, ne pourriez-vous pas me dire l’adresse de M. Millais, votre peintre officiel, et lui demander d’avance pour moi la permission de visiter son atelier ? Ce que j’ai vu de ses œuvres à l’exposition universelle m’a donné une grande envie de le connaître. Il me semble que, si j’étais tyran et lui mon sujet, je l’obligerais à exécuter quelques tableaux d’après mes ordres et mes conseils. Je suis convaincu qu’avec le talent si remarquable pour l’imitation qu’il possède, il ferait dix fois mieux qu’il ne fait, si quelqu’un choisissait pour lui ses modèles. Je vous prie de ne pas lui dire ce projet de ma part qui l’effrayerait peut-être.

« Avez-vous quelque excursion en vue pour cet automne ? Je suis tiraillé en sens contraire par l’Italie et l’Espagne. Le grand inconvénient c’est que j’ai besoin d’un agréable compagnon et que je n’en ai pas. Je suis devenu incapable de décision et j’ai besoin d’un guide comme les aveugles. Où va M. Senior passer son hiver ? J’ai été si ennuyé par les plaisirs de cet hiver que je cherche un lieu pour me mettre à l’abri.

« Je vous écris, madame, au milieu d’une orageuse discussion sur la loi de régence et je ne puis pas suivre mes idées au milieu du bruit qu’on fait [1]. Voici d’ailleurs l’heure de la poste ; je serais bien heureux si j’avais l’honneur de vous voir quelques momens en passant ou en repassant, et vous seriez mille fois aimable de me dire avant le 15 si j’ai chance de vous rencontrer. Adieu, madame, veuillez agréer l’expression de tous mes respectueux hommages. »

« Paris, 10 avril 185..

« Madame, vous avez beau vous servir de papier rose, vous trouvez le moyen de me dire les plus noires méchancetés contre mon

  1. Cette lettre est écrite en effet sur papier portant l’en-tête du sénat.