Page:Revue des Deux Mondes - 1879 - tome 34.djvu/819

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


DE
L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR
EN ALLEMAGNE
D'APRES DES RAPPORTS RECENS

Société pour l’étude des questions de renseignement supérieur, Études de 1878, 1 vol. in-8°. Paris, 1879.

On parle beaucoup, depuis quinze ans, de l’enseignement supérieur de la France ; le connaît-on bien ? Assurément il n’est pas facile de le connaître. Nous ayons une cinquantaine de facultés ou de hautes écoles. Chaque école et chaque ordre de faculté a sa méthode générale, chaque professeur aussi a un peu sa méthode particulière ; ensuite les auditeurs et les étudians varient suivant les écoles, suivant les villes, suivant les années, surtout suivant la nature de chaque cours ; enfin il n’est rien qui soit moins immuable que cet enseignement, il se modifie à mesure que les hommes changent ; l’esprit qui l’anime peut se transformer en quelques années, quoique le moule et les dehors restent les mêmes, en sorte que ce qui était vrai il y a quinze ans pourrait bien n’être plus vrai aujourd’hui. On voit donc quelles sont les difficultés du problème. Rien de plus complexe, de plus divers, de plus changeant, de plus insaisissable. N’allons pas croire qu’il suffise de compter le nombre des professeurs ou celui des étudians ; les chiffres conviennent mal