Page:Revue des Deux Mondes - 1880 - tome 37.djvu/356

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


trop commune pour qu’il soit besoin d’en donner une autre définition que le mot même.

Or ces diverses sensibilités au contact, à la chaleur, à la douleur, à la contraction musculaire, peuvent être isolément détruites. Il y a donc des anesthésies tactiles, thermiques, douloureuses et musculaires. Cependant, le plus souvent, ces sensibilités diverses sont lésées ensemble, et, chez les hystériques, on observe en général des anesthésies qui portent sur tous les modes de la sensibilité.

Rien n’est plus curieux que d’observer les malades qui sont complètement anesthésiques. On peut les piquer, les pincer, les brûler, sans qu’elles éprouvent la plus légère douleur. Elles ne sentent même pas le contact des objets qui les blessent. On peut ainsi, — ce qui excite toujours la stupéfaction des personnes étrangères à l’art médical, — bander les yeux d’une hystérique, puis traverser de part en part la peau du bras, par exemple, avec une fine aiguille, sans que la moindre sensation avertisse la malade de cette blessure.

Quelquefois l’anesthésie est générale, également marquée à droite et à gauche : quelquefois elle est limitée à une petite région du corps, au front par exemple, ou à la poitrine, ou à l’avant-bras. Ces anesthésies partielles s’observent même chez des malades qui sont très peu hystériques. Si, avec une épingle, on cherche, en piquant légèrement la peau, à apprécier la sensibilité de ses diverses régions, on trouve très souvent une petite zone de peau qui est insensible. Les inquisiteurs du XVIe siècle ne procédaient pas autrement pour rechercher la griffe du diable. Faut-il dire qu’ils n’observaient pas les mêmes ménagemens que les médecins ? Au lieu d’effleurer la peau avec une épingle, ils faisaient planter par le bourreau de grandes tiges de fer dans toutes les parties du corps. Si la patiente ne tressaillait pas de douleur à chacune des implantations, aussitôt on s’écriait que le diable avait mis sa griffe sur elle. Ce stigmate de Satan était un des plus sûrs témoignages de sorcellerie. D’après les renseignemens très précis des exorcistes, la marque diabolique avait la forme d’une patte de lièvre. Malheur à la pauvre femme qui ne gémissait pas à chaque fois qu’on enfonçait l’aiguille dans son corps ! elle était aussitôt déclarée sorcière, et cette déclaration entraînait la peine qu’on sait.

Souvent les anesthésies des hystériques ne portent que sur un côté du corps : c’est ce qu’on appelle l’hémianesthésie. L’abolition de la sensibilité est si exactement limitée à un seul côté qu’il suffit d’aller de deux ou trois millimètres à droite ou à gauche de la ligne médiane du corps pour constater soit la sensibilité, soit l’anesthésie.

Quoiqu’on ait fait de nombreuses recherches à l’effet de con-