Page:Revue des Deux Mondes - 1880 - tome 37.djvu/610

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


grand bruit. Le roi d’Espagne, ayant soumis son fils au jugement d’un tribunal, se laissa désarmer par des lettres d’excuse que la peur dicta à l’infant, lettres qui publièrent son crime, vrai ou prétendu, et cette cour n’en demeura pas moins dans un déplorable état d’agitation. Le roi montrait une faiblesse extrême. Il était infatué de son ministre, qui dirigeait la reine avec toute l’autorité d’un maître et d’un ancien amant. Celle-ci détestait son fils, auquel la nation espagnole s’attachait, par suite de la haine qu’inspirait le prince de la Paix. Il y avait dans cette situation de quoi flatter les espérances de la politique de l’empereur. Qu’on y ajoute l’état du pays même, la médiocrité du corps abâtardi de la noblesse, l’ignorance du peuple, l’influence du clergé, les obscurités de la superstition, un état de finances misérable, l’influence que le gouvernement anglais voulait exercer, l’occupation du Portugal par les Français, et on conclura qu’un pareil état penchait vers un désordre prochain.

J’avais souvent entendu M. de Talleyrand parler dans ma chambre à M. de Rémusat de la situation de l’Espagne. Une fois, en nous entretenant de l’établissement de la dynastie de Bonaparte : « C’est nous dit-il, un mauvais voisin pour lui qu’un prince de la maison de Bourbon, et je ne crois pas qu’il puisse le conserver. » Mais, à cette époque de 1807, M. de Talleyrand, très bien informé de la véritable disposition de l’Espagne, était d’avis que, loin d’y intriguer par le moyen d’un homme aussi médiocre et aussi mésestimé que le prince de la Paix, il fallait gagner la nation en le faisant chasser. Si le roi s’y refusait, il fallait lui faire la guerre, prendre parti contre lui pour son peuple, et selon les événemens, ou détrôner absolument toute la race des Bourbons, ou seulement la compromettre au profit de Bonaparte, en mariant le prince Ferdinand à quelque fille de la famille. C’était vers ce dernier avis qu’il penchait, et, il faut lui rendre justice, il prédisait même alors à l’empereur qu’il ne retirerait que des embarras d’une autre marche. Un des grands torts de l’esprit de Bonaparte, je ne sais si je ne l’ai pas déjà dit, était de confondre tous les hommes au seul nivellement de son opinion, et de ne point croire aux différences que les mœurs et les usages apportent dans les caractères. Il jugeait des Espagnols comme de toute autre nation. Comme il savait qu’en France les progrès de l’incrédulité avaient amené à l’indifférence à l’égard des prêtres, il se persuadait qu’en tenant au delà des Pyrénées le langage philosophique qui avait précédé la révolution française, on verrait les habitans de l’Espagne suivre le mouvement qu’avaient soulevé les Français. « Quand j’apporterai, disait-il, sur ma bannière les mots liberté, affranchissement de la superstition, destruction de la noblesse, je serai reçu comme je le fus en Italie,