Page:Revue des Deux Mondes - 1882 - tome 51.djvu/434

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


facultés… qui… (avec ce qui la phrase n’allait pas ; je repris :) de ces facultés au moyen desquelles… (mais la phrase n’allait pas encore.) — Au moyen desquelles on fait les lits, » dit Séraphine. Et elle dit bien. Sur quoi elle s’écria avec un retour de lyrisme épistolaire : « Père, il faut que je reste avec toi pour soigner la maison. Au lieu d’aller dîner chez le traiteur, nous dînerons ici ensemble ; Anne-Marie fera la cuisine et je l’aiderai. Je sais déjà cuire les œufs, j’apprendrai le reste. » Je la baisai au front pour la remercier ; elle répéta : « Veux-tu ? — C’est encore trop tôt ; tu n’as que douze ans… — Et demi. — Tu dois achever au moins ton instruction primaire, mais je te promets que, plus tard, quand tu seras grande, je ne te refuserai pas ce bonheur ; tu prendras la place de ta maman. » Je ne sais où diantre j’avais pris l’idée d’exhumer les morts. Voilà Séraphine en pleurs comme une fontaine.

« Quand ma fille fut partie et que je me retrouvai seul au logis, il me parut que cette épreuve difficile de la paternité m’avait réussi mieux que je n’eusse pu m’y attendre et que l’idée de Séraphine avait du bon. J’y pensai sérieusement : il était certain que je dépensais trop, que mon logement était trop grand pour moi seul, que le prix du pensionnat, malgré la demi-bourse, mangeait entièrement l’un des traitemens de professeur de philosophie, que, pour manger l’autre à moi tout seul, il n’eût pas fallu un grand appétit et que, si je dînais à ma faim, c’était grâce au petit revenu qu’avait bien voulu me léguer ma femme. Certes ma fille devait ressembler à sa mère : elle serait vigilante, affectueuse, attentive à mes désirs, habile à les deviner. On dépenserait moins et on vivrait mieux, elle et moi, surtout elle. Ce beau rêve ne me sortait pas de l’esprit. La tentation fut longue parce qu’il fallait regarder la chose de tous les côtés et attendre à tout le moins la fin de l’année scolaire pour donner cette vive joie à mon enfant. Enfin je pris mon parti ; ce fut un jour où, au moment d’allumer le feu de ma cafetière, je m’aperçus que l’esprit-de-vin manquait et qu’il n’y en avait plus même à la cuisine. Je me promis d’éprouver encore aux prochains congés les vertus de ma Séraphine et si tout allait bien… Cette enfant était née avec les clés de la dépense et du buffet dans sa poche ! A treize ans, elle paraissait avoir passé la quinzaine et ne pouvait voir un grain de poussière sur un meuble sans le sentir sur son dos. Elle était toujours les yeux en l’air comme si elle épiait l’ennemi. Cette guerre à la poussière me semblait excessive. « Prends garde, lui dis-je un matin, tôt ou tard la poussière se venge. » Mais elle ne comprit pas la profondeur de cette pensée ; du reste, elle tenait me ? comptes avec une parfaite exactitude et savait par cœur ce que nous dépensions. Mais si je lui demandais qui était Sésostris ou